L'évolution de la place de la Cité interdite en Chine Exposé by degantes

L'évolution de la place de la Cité interdite en Chine
Exposé de "culture et management" portant sur la place de la Cité interdite, aujourd'hui un des monuments les plus anciens et un des lieux les plus visités de Chine, mais aussi un symbole politique fort.
№ 9918 | 2,680 mots | 10 sources | 2009
Publié le janv. 27, 2009 in Histoire , Tourisme
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Construite en 1407 par l'empereur Yongle, la Cité interdite a été créée en même temps que Pékin au moment où ce dernier fit le choix de déplacer la capitale de l'Empire de Nanjin (Nankin, « capitale du Sud ») à Beijin (Pékin, « capitale du Nord »). Le but de ce déplacement était à la fois personnel car Yongle avait conquis le pouvoir à l'issue d'une guerre civile et que la base de sa puissance avait été la Chine du Nord, mais il avait également un but national avec l'affirmation de la sinisation face au monde des steppes.

1. La Cité interdite : le centre de l'Empire du Milieu
2. La Cité interdite : une capitale économique
3. Un des joyaux du patrimoine de l'humanité


Extrait du document:

Le nom exact de la « Cité interdite » est la « Cité pourpre interdite » (traduction du chinois Zǐjìn Chéng), en référence à l'étoile nommée Zǐwēi Xīng (la petite étoile pourpre) utilisée en astronomie chinoise, l'équivalent de l'étoile polaire de l'astronomie occidentale. En effet, comme le palais impérial se trouvait au centre de Pékin et représentait le centre administratif de l'État, on lui donna le nom de l'étoile qui était considéré comme étant au centre du firmament céleste. Le nom le plus courant est « Cité interdite », qui vient du fait que son accès en était interdit au peuple à l'époque des grands empereurs chinois. Comme résidence de ces derniers, elle est devenue symbole d'interdit. En Chine actuellement, ce site est le plus souvent appelé Gùgōng (l'ancien palais).
Une des originalités de la Cité interdite est qu'elle a été construite en moins de deux décennies (de 1405 à 1419, par plus de 200 000 artisans), ce qui en fait un ensemble extraordinairement homogène pour sa taille. De plus, malgré les guerres civiles et les invasions, elle est restée à peu près intacte, sauf les parties construites en bois à l'origine, dont certaines ont été détruites au cours du temps par des incendies. On peut noter cependant que certains des vainqueurs qui ont investi la cité au cours des âges (Mandchous, Européens, Japonais) ont essayé de faire restaurer ce qu'ils avaient détruit au moment des conquêtes, d'où le bon état de conservation de l'ensemble.

Commentaires