L'organisation seigneuriale de la France médiévale Exposé by L

L'organisation seigneuriale de la France médiévale
Exposé analysant les différents types de seigneuries de la France médiévale et montrant que les pratiques imposées par l'organisation seigneuriale ont néanmoins posé les jalons de l'État moderne sous bien des aspects.
№ 24447 | 1,870 mots | 4 sources | 2011
Publié le mai 19, 2011 in Histoire
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme de « France Médiévale » recouvre une large période historique, s'étalant sur près d'un millénaire, du Vème au XVème siècle après Jésus-Christ : c'est ce que l'on appelle plus communément le Moyen Age. Dix siècles qui ont progressivement conduit à la naissance de l'État moderne. La seigneurie, institution visant à assurer l'encadrement économique et judiciaire de populations, par un individu ou une personne morale, s'est développée pendant toute cette période, culminant pendant les XIème et XIIème siècles. Un « âge seigneurial » qui prend nettement place entre deux importantes césures, qui sont à la fois dans l'ordre politique et dans la documentation. Le demi-siècle s'étalant de 980 à 1030, constitue d'abord une phase décisive de la « dislocation » du royaume carolingien, déjà amorcée depuis 877 au profit des principautés : les comtes, grands et petits, perdent alors pied au profit des sires de châteaux. Puis, pendant les décennies 1180-1200, après un siècle et demi d'autonomie, de coexistence avec la principauté et le royaume, la seigneurie châtelaine perd son autonomie. Rapidement, le système politique se recompose, au profit des maîtres de villes en plein essor et au moyen d'un concept hiérarchique de la féodalité. Entre ces deux bornes chronologiques, la seigneurie constitue donc la cellule de base de la vie des campagnes françaises, et recouvre plusieurs aspects, plusieurs réalités, parfois complexes ou antagonistes, de la France médiévale.

I. L'organisation seigneuriale, un enchevêtrement de droits et pouvoirs
II. L'organisation seigneuriale, une matrice de l'État moderne

Extrait du document:

On assiste d'abord à une fusion des différents types de seigneuries. Le ban seigneurial est affaibli d'une part par le roi, qui récupère peu à peu les droits régaliens usurpés par les seigneurs de la féodalité triomphante. Cela conduit dans un premier temps à l'affaiblissement (par la perte des revenus les plus importants), voire à la disparition de nombreuses seigneuries banales. D'autre part, le ban se parcellise et un nombre croissant de seigneurs fonciers ne dispose plus que de miettes du pouvoir banal.

Commentaires