L'urbanisation dans les pays en voie de développement Exposé by Paulined

L'urbanisation dans les pays en voie de développement
Exposé portant sur l'explosion urbaine qui a marquée les pays en voie de développement au XXème siècle, et ses conséquences.
№ 9494 | 1,355 mots | 0 sources | 2008
Publié le déc. 24, 2008 in Économie , Géographie , Questions Sociales
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La situation des pays en voie de développement se caractérise par des écarts sociaux de plus en plus importants et spécialement dans les villes. Le mouvement massif d'urbanisation de la campagne vers les villes n'est pas contrôlé et va de paire avec la précarisation d'une grande partie de la population urbaine. Il s'en suit une grande anarchie dans les modes de territorialisation urbaine et l'apparition de forts contrastes entre des quartiers pauvres et plus aisés. Mais les véritables caractéristiques de l'urbanisation de ces pays en voie de développement sont dues au fort taux de pauvreté de ces villes.

I. Un contexte urbain et démographique

II. La ville et l'industrie

Extrait du document:

Le développement urbain est concomitant du développement industriel. En effet les activités industrielles nécessitent une main d'œuvre importante. L'urbanisation apparaît comme la réponse apportée aux besoins de logements. De plus elle est créatrice de richesses qui sont ensuite redistribuées vers d'autres activités comme le commerce. L'industrie est donc à l'origine de la prospérité d'un grand nombre de villes à partir du XIXème siècle. De plus la ville concentre les infrastructures de transformation des matières premières et de distribution des produits. Les équipements caractéristiques sont donc les infrastructures de transport routières et ferroviaires. ON peut noter également dans les villes minières la présence d'entrepôts, de carreaux d'extraction, …Ainsi la gare dans la ville se situe près des infrastructures industrielles et l'urbanisation s'étend au-delà. Ces villes ont donc une localisation précise, en général près des grands gisements de matières premières et le long d'axes de communication naturels : fond de vallée, fleuve.
Il apparaît donc une spécialisation industrielle des villes : Lille dans le textile grâce au lin, le sillon lorrain (Metz, Valencienne) dans la métallurgie, exploitation houillère et charbonnière dans le nord (Lens) par exemple, activités portuaires à Dunkerque avec les hydrocarbures. Ces villes fonctionnent en réseau. Dans les espaces de montagne, les activités industrielles des villes concernent principalement le bois. L'activité industrielle en milieu urbain succède donc aux activités proto-industrielles des espaces ruraux.
Face à ce développement industriel a lieu un étalement urbain. La ville devient fragmentée spatialement et socialement puisque la distinction entre quartiers bourgeois et ouvriers est nette. Les quartiers aisés se situent généralement sur les hauteurs à l'ouest tandis que les quartiers ouvriers sont sur des sites moins confortables (les vents d'ouest apportent la fumée des usines sur ces quartiers). Des formes d'urbanisation spécifiques en lien avec le système industriel apparaissent selon le modèle paternaliste et l'idéologie hygiéniste. Il s'agit d'assainir les quartiers ouvriers et de les contrôler. Au Creusot, par exemple, la maison des Schneider est au centre et domine les quartiers industriels et ouvriers. Des types d'habitat particulier correspondent à cette idéologie, comme par exemple les corons lillois. Ceux-ci constituent aujourd'hui un patrimoine remarquable des villes du nord.

Commentaires