La conception française des droits de l'homme Exposé by ju1992

La conception française des droits de l'homme
Exposé qui étudie les trois générations de droits de l'homme à travers les textes et les penseurs français.
№ 24410 | 3,185 mots | 3 sources | 2009
Publié le mai 18, 2011 in Histoire , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

On pourrait croire aujourd'hui que l'Homme a été de toute éternité le souci premier de la philosophie politique. Pourtant, l'Homme en tant que concept n'apparaît véritablement qu'avec l'avènement de la pensée moderne, laquelle a largement contribué à enfanter la Révolution française. Suite à la prise de la Bastille et l'abolition des privilèges,, le débat constitutionnel auquel se consacre l'Assemblée constituante à l'été 1789 porte ainsi non pas sur l'organisation du pouvoir mais sur les libertés fondamentales. Après de vifs conflits, un compromis est trouvé le 26 Aout, qui va constituer le leg majeur et l'emblème de la Révolution. De ce premier succès va découler un véritable amour des français pour les déclarations, si bien que chaque nouvelle Constitution ou presque aura la sienne. Le commentaire d'aujourd'hui portait en particulier trois d'entre elles. La plus fameuse, la DDHC de 1789, constitue donc le premier pas des rédacteurs avant la Constitution de 1791, qui mettait en place une monarchie constitutionnelle. Le préambule de la Constitution du 24 Juin 1793, qui ne sera jamais appliquée, est quant à elle un texte d'inspiration clairement montagnarde, très inspirée de Robespierre, ce qui se ressent dans ses formules tranchées («Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres »). Le troisième texte correspond enfin au préambule de la Constitution de la IVème République, proclamée le 27 Octobre 1946 pour doter la France post-régime de Vichy d'un nouvel ordre démocratique, et qui va s'efforcer de manière plus anecdotique de légitimer un Empire colonial fragilisé. Bien que s'inscrivant ainsi dans des moments historiques et des projets politiques diverses qui les influencent, il ressort de ces trois Déclarations (mais on également aurait pu citer celles de 1795, de 1848 ou encore le projet Girondin de Février 1793) une grande continuité, et c'est ce qui permet d'ailleurs de dégager une conception française homogène des droits de l'homme.
Nous présenterons les spécificités de ces libertés fondamentales à la française en évoquant les droits civils (I) et politiques (II) énoncés par les différents textes avant de nous pencher sur leur portée universelle et l'adjonction de droits nouveaux depuis 1789 (III).

Extrait du document:

Le souverain quel qu'il soit, ne détient l'autorité que comme un dépôt confié en vue de la garantie de ces droits. Il y a donc dépassement de la dichotomie entre justnaturalisme et droit positif, le second étant subordonné et nécessaire à la réalisation du premier. Dans ces conditions, puisque les citoyens ont librement choisi cet état de société, alors leurs droits s'accompagnent de devoirs auxquels ils doivent se soumettre. Une déclaration des devoirs de l'homme et du citoyen, a été proclamée dans ce sens le 1er vendémiaire an III (c'est-à-dire en aout 1795). Si le pouvoir en revanche outrepasse ses fonctions, les citoyens ont logiquement le droit à la rébellion ; c'est la « résistance à l'oppression » consacrée en 1789 et de manière bien plus virulente en 1793, où elle est vue comme la conséquence des autres droits et qualifiée par les constituants de « plus sacré des droits et plus indispensable des devoirs ».

Commentaires