La crise de Munich 1938 Exposé by galiane

La crise de Munich 1938
Exposé qui pose la problématique suivante : en quoi Hitler a-t-il manipulé les différents protagonistes de Munich pour en sortir vainqueur et imposer sa volonté ?
№ 13416 | 4,030 mots | 0 sources | 2009
Publié le janv. 17, 2010 in Histoire , Relations Internationales
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis son arrivée au pouvoir à la chancellerie le 30 janvier 1933, Hitler met en place une politique décrite dans Mein Kampf sur la base « du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » et sur la base de l'espace vital. Jusqu'en 1936, le führer s'était contenté de détruire les clauses du traité de Versailles qui limitaient la puissance militaire et la liberté d'action de l'Allemagne. A partir de 1937, il commence la seconde phase de son programme, à savoir l'acquisition d'un espace vital qui devait donner à l'Allemagne les moyens de dominer l'Europe. Dès le 4 novembre 1937, il expose ses projets d'annexion de l'Autriche et de la Tchécoslovaquie à ses conseillers.

1-La préparation de la conférence de Munich
2-La conférence de Munich
3-Les conséquences sur le paysage diplomatique mondial

Extrait du document:

L'Italie qui, au départ, est aux côtés des Français et des Anglais, va dès 1936 passer dans le « camps adverse » notamment avec la guerre d'Ethiopie qui dresse l'Italie contre ses anciens alliés de la Stresa (France et Grande-Bretagne). En outre, lors de la guerre d'Espagne, elle soutient officieusement, avec l'Allemagne, les franquistes contre les républicains. De plus, les rapports franco-italiens se détériorent vraiment à partir de 1938 avec l'arrivée de Daladier au pouvoir. On sait également que depuis le début, Hitler prend exemple sur Mussolini notamment lors du putsch du 9 novembre 1923 où il voulait reprendre l'idée de la marche sur Rome. Ainsi, Ciano se rend en Allemagne en novembre 1936 pour signer un traité d'amitié appelé « axe Rome-Berlin » par Mussolini. Ce dernier servira d'intermédiaire entre Hitler et les démocraties occidentales.

Commentaires