La fuite du temps à travers les siècles Exposé by mgrobien

La fuite du temps à travers les siècles
Exposé qui propose une anthologie portant sur l'évolution des formes poétiques sur des thèmes comme la fuite du temps, du Moyen Age à nos jours.
№ 31349 | 5,615 mots | 0 sources | 2015 | FR
Publié le avr. 30, 2015 in Littérature
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La poésie est une forme d'art parfois peu accessible. La difficulté de son vocabulaire et ses codes très stricts et particuliers, du moins en ce qui concerne la poésie classique, réduisent son public potentiel. Pourtant, ces éléments ne sont-ils pas ceux qui nous touchent le plus ? La perfection d'un alexandrin, la délicate attention que l'auteur porte à chaque détail de son œuvre, font de la poésie un art unique, délicat et complet. En effet, il y a dans la poésie plus d'un aspect : le message, les sonorités, l'organisation. Il reste cependant un aspect principal qui a une place très importante dans mon anthologie : le thème. De l'Antiquité à nos jours, ceux-ci diffèrent en fonction des problèmes et évolutions de la société. Mais pour mon anthologie, j'ai choisi un thème qui a traversé les âges et qui a toujours touché et qui touche toujours aujourd'hui chaque homme.

1. XVe siècle
2. XVIe siècle
3. XVIIe siècle
4. XVIIIe siècle
5. XIXe siècle
6. XXe siècle
7. Tableaux

Extrait du document:

Dans ce poème, Auvray prend des libertés vis-à-vis des règles classiques et aborde le thème de la fuite du temps en se comparant lui et tous les hommes à une fleur. Cette comparaison amène à une différence. En effet le temps n'a d'emprise que sur l'homme. Lorsque la fleur meurt, il restera toujours la plante qui elle redonnera vie à des fleurs au vers 17 « Bien que morte est la fleur, la plante ne l'est pas ». Mais lorsque l'homme meurt, il ne reste rien, rien qui ne refera un homme « Mais un homme estant mort, il est mort pour tousjours, » (vers 15).
Le thème de la fuite du temps dans ce poème de sept quatrains est caractérisé par la comparaison que fait Auvray de l'homme à la fleur. Le temps n'a d'effet seulement sur l'homme qui une fois mort, n'engendre rien d'autre.

Commentaires