La légion d'honneur Exposé by ConstanceG

La légion d'honneur
Exposé qui pose la question de la dimension historique de cette institution et se demande en quoi elle est le reflet de la courbe d'évolution de la nation française depuis plus de deux siècles.
№ 11403 | 5,350 mots | 5 sources | 2009
Publié le juin 02, 2009 in Histoire , Sciences Politiques
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Constatant l'insuffisance des Armes d'Honneur pour reconnaître dignement les services militaires, ainsi que l'injustice de l'absence d'une récompense pour les services civils, Bonaparte souhaite profondément rétablir ce qui avait pu contribuer à faire, sous la monarchie, la puissance, la grandeur et l'unité de la patrie.
La dimension historique va alors se positionner au cœur de cette nouvelle institution qui plonge ses fondations dans les ordres de chevalerie, nés au Moyen Age, ainsi que dans les ordres monarchiques. Plus encore, nous allons nous apercevoir que la création napoléonienne, en s'ouvrant à tous, relève d'une mission tout à fait nouvelle permettant de poser un regard pertinent sur la constitution de la nation en France et ses répercussions à l'échelle internationale.

I/ La Légion d'honneur comme creuset de la Nation
A. L'idéal bonapartiste...
B. ... et ses limites effectives

II/ La résistance à l'épreuve du temps
A. Face aux autres décorations..
B. ...Une adaptation constante à la marche du temps

III/ L'éclat à travers le monde
A. Une imagerie unique liée à la guerre..
B. ...qui a su affirmer sa dimension internationale

Extrait du document:

Alors que la Convention avait condamné toutes les marques distinctives au nom du principe absolu d'égalité, il fallut attendre que Napoléon Bonaparte se proclame Premier Consul - noël 1799 - pour que le mérite revienne au premier plan avec la création des Armes d'Honneur qui fondent à nouveau un mode structuré de récompenses. Ce processus impulsé par Napoléon s'inscrit dans un contexte particulier.
Avec les traités de Lunéville et d'Amiens, 1801 et 1802 voient fleurir une paix générale ignorée depuis dix ans. C'est la renaissance économique, la reprise du commerce extérieur, la nouvelle administration qui commence à faire sentir son action. Alors que le Concordat a rouvert les portes des Eglises et qu'un certain nombre d'émigrés rentrent, le consulat à vie proclamé en août 1802, laisse l'horizon dégagé pour Bonaparte qui, sûr de l'avenir, va alors faire un second pas en avant : c'est la fondation de la Légion d'honneur, par l'article Ier de la Loi du 29 floréal an X – le 19 mai 1802 -.

Commentaires