La loi chez Rousseau Exposé

La loi chez Rousseau
Exposé qui étudie la loi chez Rousseau telle qu'elle est définie par l'auteur dans son oeuvre "Le contrat social".
№ 5839 | 1,650 mots | 0 sources | 2008 | FR
Publié le mai 21, 2008 in Littérature , Philosophie , Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Jean-Jacques Rousseau dans les «Confessions» reconnaît avoir abandonné «Emile» pour se consacrer à la seule œuvre qui lui tient réellement à cœur, un traité de sciences-politique dans lequel il étudierait la forme de gouvernement la plus vertueuse.
En 1762, il publie "Le contrat social", dans lequel il définit sa conception de l’état de société par rapport à l’état de nature comme un pacte social entre les hommes.
L’organisation de cette société est liée à bien des égards à la nouvelle conception que Rousseau donne de la loi dans cet ouvrage.

I. Le contexte du contrat social, et les influences de Jean-Jacques Rousseau

1. Le contexte biographique de l’écriture du contrat social
2. Le contexte théorique de l’écriture du contrat social

II. «Du contrat social» développe une théorie politique qui place la loi au cœur de l’état de société

1. La loi à l’origine d’un pacte social qui définit l’état de société par rapport à l’état de nature.
2. La loi comme «expression de la volonté générale»
3. Le législateur, le souverain, et le gouvernement : la loi au cœur de l’organisation politique

III. Pérennité et limites de la conception de la loi par Rousseau

1. Rousseau reconnaît lui-même les limites de cette théorie.
2. Le «contrat social» et la révolution française.

Extrait du document:

Rousseau a récupéré les idées contractualistes de Hobbes et Locke. L’idée du passage de l’état de nature à l'état de société.
Mais : Rousseau a placé la loi au centre de l’organisation sociale.
La loi en tant que pacte social définit l’organisation de la société. La nécessité d’un législateur et d’un gouvernement mettent et place les principales institutions. Si la pérennité de l’œuvre de JJR est discutable et semble limitée en ce qui concerne le principe de peuple souverain en démocratie directe.
On retiendra principalement l’idée de la loi comme expression de la volonté générale et à portée générale et abstraite, largement adopté dans les régimes modernes, pourtant souvent représentatif, vs démocratie directe rousseauiste.
  • Commentaire d'un extrait de "Emile ou de l'éducation" de Rousseau sur le thème de l'éducation de la nature et de l'homme.
    № 5852 | 1,590 mots | 0 sources | 2008 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Travail de recherche qui se veut être une synthèse des idées élaborées par Jean-Jacques Rousseau dans son œuvre, mais également une réflexion sur les propositions de l’auteur dans ce texte.
    № 5434 | 3,460 mots | 0 sources | 2002 | détails
    10,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire d'un extrait de ce discours portant sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, et dans lequel Rousseau s'attache à démontrer que cette inégalité est issue de la corruption politique et économique.
    № 2678 | 4,160 mots | 0 sources | 2006 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires