La réception du concept philosophique de séparation des pouvoirs par le droit positif Exposé

La réception du concept philosophique de séparation des pouvoirs par le droit positif
Dissertation de droit constitutionnel qui pose la problématique suivante : quelle part faut-il faire entre les apports de la formulation de la théorie de séparation des pouvoirs par Montesquieu et son inspiration ?
№ 13153 | 1,945 mots | 0 sources | 2009
Publié le nov. 30, 2009 in Histoire , Sciences Politiques
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La séparation des pouvoirs, bien que méconnue, constitue, aux yeux de tous, un gage de liberté et d'impartialité dans les démocraties occidentales telles que nous les connaissons. Ce qui ne fut pendant un temps qu'une théorie n'est pas apparu soudainement à Montesquieu, philosophe des Lumières, telle qu'il l'a retranscrite dans le chapitre VI du Livre Onzième de L'"Esprit des lois", originellement paru en 1748. S'il arriva à finaliser sa théorie, c'est tout d'abord en s'inspirant de celle de John Locke, philosophe libéraliste anglais du XVIIe siècle qui distinguait le pouvoir législatif, confié à une assemblée représentative soumise à ses propres lois et dont l'activité ne devait pas être soutenue en raison de la rapidité de la création des lois.


1)L'Angleterre, source d'inspiration de Montesquieu
2)Différentes applications de la théorie

Extrait du document:

Toutefois, il nous est également fait la description d'une chambre bien moins démocratique qui a pour incarnation la chambre des Lords. Il tire son origine du fait que les biens-nés, s'ils ne peuvent avoir de privilèges équivalents à ceux auxquels ils peuvent prétendre avant l'instauration d'un régime séparant les pouvoirs, alors ils œuvreront forcément au déclin de la liberté commune. Cette chambre permet également aux nobles d'arrêter les entreprises du peuple tout comme peut le faire ce dernier pour les projets de l'aristocratie. De plus, lorsqu'un juge ne sait comment interpréter ne loi, selon la théorie du philosophe, il doit faire remonter son interrogation à cette assemblée aristocratique afin que celle-ci statue ; c'est exactement ce qui est prévu dans les compétences de la chambre des Lords et ses éminents juristes appelés « Law lords », tranchant ces questions.

Commentaires