La relation d'enquête dans l'observation participante Exposé by Kerjul

La relation d'enquête dans l'observation participante
Exposé se demandant quels sont les enjeux liés à la relation d'enquête lors de l'observation participante et comment la relation d'enquête se traduit en pratique.(pdf)
№ 29618 | 2,865 mots | 10 sources | 2013 | FR
Publié le avr. 29, 2013 in Anthropologie , Sociologie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'observation participante est une méthode d'enquête de type anthropologique. Selon la définition qu'en fait Jean-Pierre Olivier de Sardan dans l'article « La politique du terrain » paru dans la revue « Les terrains de l'enquête », c'est une méthode qui se veut au plus près des situations naturelles des sujets, de leur vie quotidienne, leurs conversations, dans une situation d'interaction prolongée entre le chercheur en personne et les populations locales, visant à rendre compte du « point de vue de l'acteur », des représentations ordinaires, des pratiques usuelles et de leurs significations autochtones. La relation entre le chercheur et la population qu'il étudie a donc un rôle particulièrement important dans cette méthode d'enquête, on pourrait même dire qu'elle en est l'essence même. Toute la difficulté de cette méthode va consister à se faire accepter dans le milieu étudié, à créer un climat de confiance où le chercheur acquiert une position « d'étranger sympathisant » (selon l'expression de JP O. de Sardan). Il s'agit donc d'un véritable savoir-faire qui conditionne la réussite de l'enquête.

I/ Les enjeux de la relation d'enquête dans l'observation participante
II/ Quelle relation établir avec la population étudiée ?

Extrait du document:

S'il y a eu des tentatives d'élaboration d'une méthode de terrain (Fluerh-Lobban en 1991), aujourd'hui beaucoup de chercheurs soulignent le fait qu'il est difficile de donner des astuces, des recettes pour réussir sa relation d'enquête. Jean-Pierre Olivier de Sardan explique que cette compétence de l'anthropologue à nouer une bonne relation d'enquête relève d'un savoir-faire et non d'un apprentissage : l'enquête ne peut s'apprendre dans un manuel. Il insiste sur le caractère « initiatique » du terrain dans le sens où l'apprenti apprend avant tout en faisant. Je cite : « Il faut avoir dû souvent improviser avec maladresse pour devenir peu à peu capable d'improviser avec habileté. »

Commentaires