La situation linguistique au Nouveau-Brunswick Exposé

La situation linguistique au Nouveau-Brunswick
Exposé portant sur la situation linguistique au Nouveau-Brunswick en analysant les causes et les conséquences sur les populations (majoritaires ou minoritaires) ainsi que les lois mises en place.
№ 21627 | 2,645 mots | 18 sources | 2010
Publié le déc. 08, 2010 in Géographie , Histoire , Droit , Linguistique
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le Nouveau-Brunswick, New Brunswick en anglais, est l'une des quatre provinces fondatrices de la fédération canadienne, depuis 1867. Située à l'Est du Canada, la province est officiellement créée le 16 août 1784. Elle possède des frontières communes avec les États-Unis (le Maine à l'ouest) et le Québec au nord-ouest, en plus d'une frontière maritime avec l'Île du Prince Édouard. Sa superficie est de 72 478km2, soit l'équivalent de la superficie de l'Irlande, et s'étend sur plus de 300km du nord au sud et de l'est à l'ouest. Le territoire est à 85% forestier et les populations se centralisent majoritairement le long des littoraux et des cours d'eau. La capitale est Fredericton et la province comptait près 729 997 habitants en 2006. Les langues officielles sont le français et l'anglais. Cette dernière étant la langue du groupe majoritaire, soit 64,3% de la population du pays. 32,3% de la population parle le français et 3,4% parle d'autres langues. Le Nouveau-Brunswick est la seule province à être officiellement bilingue au Canada.

I. Historique
II. Linguistique
III. Problèmes linguistiques

Extrait du document:

De 1867 à la fin des années 1960, les gouvernements différents du Nouveau-Brunswick se sont peu préoccupés de leur minorité francophone. Comme d'autres provinces anglaises, le Nouveau-Brunswick a adopté des lois anti-françaises. Les seuls « privilèges » pour la population acadienne étaient la création d'écoles françaises privées, acquises sans législation linguistique.

Commentaires