"Le Bourgeois Gentilhomme" de Molière Exposé

"Le Bourgeois Gentilhomme" de Molière
Exposé portant sur l'analyse de la mise en scène du "Bourgeois Gentilhomme" représenté par Vincent Dumestre et Benjamin Lazar.
№ 14229 | 3,285 mots | 3 sources | 2009
Publié le mars 17, 2010 in Danse et Théâtre , Littérature , Arts
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

"Le Bourgeois gentilhomme" est donc une pièce commandée par le roi Louis XIV à Molière. C'était bien sûr pour se divertir, mais aussi pour se venger. En effet, en novembre 1669, Louis XIV avait reçu la visite de l'ambassadeur turc Soliman Aga. Il s'était mis en quatre pour montrer la grandeur de la France et le rayonnement du Roi Soleil. Grand événement, car c'était la première fois qu'un ambassadeur de ce pays venait en Europe pour rendre visite à un souverain. Louis XIV voulait évidemment faire la démonstration indiscutable et définitive de la richesse et de la puissance de son royaume, dans une profusion d'or, d'argent, de diamants et de tissus précieux.

1–Le bourgeois Gentilhomme de Molière et Lully
2–La comédie ballet

Extrait du document:

Cette déclamation et l'accent de vieux français s'accompagnent d'un jeu frontal et d'une gestuelle toute particulière. En effet, on s'étonne de voir les acteurs jouer face au public. Ils jouent de front, face à la rampe, le regard droit vers le spectateur. Le fait de ne pas se regarder change le jeu, et permet au spectateur d'être un vecteur entre les personnages, d'être actif, et non plus voyeur : le dialogue passe par lui. Et ce jeu frontal ne va pas sans une gestuelle baroque très prononcée. Cette gestuelle est rhétorique, le moindre mouvement de la main, avec les ronds de poignet, est porteur de sens et surligne la parole. (différence de geste entre nobles, bourgeois et valets, de plus en plus extériorisés). Cela sert d'ailleurs au comique, puisque l'on voit comment Monsieur Jourdain essaie d'imiter la noblesse en ponctuant les phrases de ronds de poignets, mais fait cela de manière exagérée.

Commentaires