Le corps chez Senghor Exposé by Lulu5

Le corps chez Senghor
Exposé se demandant comment le corps dans la poésie de Senghor révèle et sert d'outil à une certaine vision des choses liée à ce que le poète appelle « la négritude ».
№ 24126 | 4,825 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 03, 2011 in Littérature , Littérature Etrangère
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Nous nous sommes très vite rendus compte en préparant cet exposé que dans la poésie de Senghor le corps est très présent, presque dans un poème sur deux. Cela nous montre l'importance de ce thème au sein de l'œuvre de Senghor. De plus, beaucoup de thèmes voisins sont rattachés à la thématique générale du corps, certains déjà traités en cour comme le sang, le rythme, la femme… Mais le corps appelle également d'autres thématiques comme les sens, la sexualité… Nous serons amenés à parler de ces thèmes, mais seulement en tant qu'ils seront spécifiques d'un traitement particulier du corps chez Senghor. La problématique liée à cette thématique du corps chez Senghor apparaît assez clairement lorsqu'on considère Senghor comme un poète de la négritude. L'appellation même de cette posture littéraire porte en elle l'image du corps. En effet pendant des siècles, c'est sous prétexte de leur corps différent que les noirs ont été persécutés et exploités. La négritude est une démarche poétique qui vise à retrouver l'essence même de l'âme noire. Or il s'avère que cette démarche passe aussi, et cela de plusieurs manières, par un traitement particulier du corps, chez Senghor notamment.

I/ Le corps féminin: rapport sensuel du poète au monde et plus particulièrement à l'Afrique
II/ Le corps noir athlétique ou le corps du poète, premier et dernier « rempart » de la négritude
III/ Une conception du corps en symbiose avec le cosmos

Extrait du document:

Le corps chez Senghor est rarement appréhendé comme un corps seul, nous avons eu l'occasion de le percevoir au cours de notre réflexion. En effet nous pouvons dire que les corps sont souvent perçus et montrés comme en symbiose entre eux. Cette symbiose prend plusieurs formes, dont bien évidemment celle de la sexualité. Penchons nous sur le poème « C'est le temps de partir » dans « Chants d'Ombre ».

Commentaires