Le personnage de Phébus Exposé

Le personnage de Phébus
Exposé s'intéressant à la figure de Phébus et se demandant comment l'on passe de la figure de l'antihéros antipathique dans le roman "Notre dame de Paris" de Victor Hugo à celle du héros sympathique dans l'adaptation en dessin animé.
№ 25395 | 5,125 mots | 2 sources | 2011 | FR
Publié le juil. 23, 2011 in Cinéma , Littérature
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Victor Hugo figure parmi les plus grands auteurs français du XIXe. Véritable virtuose, il s'est essayé à tous les genres, le théâtre avec Hernani ou bien la poésie avec Les contemplations. Il a également laissé de grands romans comme les misérables ou bien Notre-Dame de Paris. Dans ce dernier, il nous livre une œuvre datant de 1831 qui se déroule au Moyen-âge. Cette histoire tourne autour d'une figure féminine, la gitane Esméralda qui déclenche les passions de trois hommes totalement opposés. Tout d'abord, le bossu Quasimodo qui vit reclus dans Notre-Dame, mais également son père spirituel, le prêtre Frollo qui lutte entre sa passion pour la bohémienne et sa foi en dieu. Néanmoins, la belle dédaigne ces deux hommes-là pour ne s'intéresser qu'à Phébus, troisième homme qui prend part dans cette intrigue à cause de sa passion pour la jeune femme. Ce roman a connu de nombreuses adaptations plus ou moins fidèles. La version des studios Disney nous livre une vision totalement manichéenne du roman et revisite tous les personnages. La figure de Phébus est particulièrement changée, adaptée au public d'enfant.

I/ Un jeune homme de belle apparence
II/ Ses relations avec les autres personnages
III/ Une figure symbolique et essentielle

Extrait du document:

Dans le livre, il est la figure même de l'antihéros, de l'inconstance, du soldat fanfaron, grivois, pas très fin, lâche, séducteur. Toute sa symbolique se rejoint dans le personnage du soldat, tout se ramène à son métier, « mon capitaine », il fait sonner ses « éperons » alors qu'on se moque d'Esméralda. De même, après sa blessure, il se réfugie et va « rejoindre [sa] compagnie ». L'autre partie de son être revient bien évidemment à la galanterie.

Commentaires