Le pouvoir légitime Exposé by Maldoror

Le pouvoir légitime
Exposé sur la question juridique du pouvoir légitime, au travers des différences entre le concept de légitimité et celui de légalité.
№ 5869 | 3,170 mots | 0 sources | 2008
Publié le mai 22, 2008 in Histoire , Droit , Philosophie , Sciences Politiques
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Parler de pouvoir légitime présuppose que le pouvoir n’est pas quelque chose d’indifférent d'un point de vue moral et que la politique n’est pas seulement l’objet de jugements d’efficacité mais aussi de jugements de valeur. On distingue la légalité et la légitimité d’une situation et d’un pouvoir.
En effet, on peut accuser un système légal d’être injuste en lui-même et par lui-même parce qu’il est illégitime. Il faut distinguer la légitimité et la légalité. Légitime signifie juste, équitable, fondé sur la raison.
Ainsi, former et maintenir un pouvoir légitime relève en définitive d’un certain art politique dont le Contrat Social n’est que le point de départ. Cette étude montre que le principe du contrat social semble être l’expression du pouvoir légitime.

Extrait du document:

C’est cette troisième réalisation sociale qu’est l’Etat qui nous intéresse car Hegel le considère comme le principe du pouvoir légitime. S’il le pense comme tel, c’est justement parce qu’il est l’expression la plus aboutie de la volonté libre, c’est-à-dire qu’il est l’expression de la raison. En cela la légitimité du pouvoir de l’Etat n’est plus du tout la même que celle du souverain chez Rousseau. Il ne s’agit plus d’assurer aux membres de la société la liberté privée du droit abstrait et le bien-être matériel. Il s’agit d’éduquer l’individu afin de l’intégrer à un organisme moral supérieur. L’objectif de l’Etat, c’est de faire progresser l’individu vers l’universel. Hegel considère que le meilleur régime est la monarchie constitutionnelle héréditaire car l’Etat a besoin pour être effectif de s’incarner en la personne d’un prince qui détienne le pouvoir sans pour autant être arbitraire puisque tout repose sur une constitution. Le critère de jugement d’un prince légitime est donc ici son respect de la constitution.

Commentaires