Le protocole de Kyoto Exposé

Le protocole de Kyoto
Exposé qui cherche à savoir dans quelle mesure le protocole de Kyoto est une avancée historique importante, comment il fonctionne exactement et quelles en sont les limites.
№ 21121 | 2,145 mots | 10 sources | 2009
Publié le nov. 16, 2010 in Économie , Histoire , Relations Internationales , Ecologie
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si les 30 Glorieuses (1945-1973) constituent une période de très forte croissance économique dans laquelle le PIB mondial s'accroit en moyenne de 5% par an, celle-ci s'est effectuée dans un contexte de négligence et de méconnaissance vis-à-vis de l'environnement. La très forte industrialisation et l'essor de la consommation, engendrés par cette croissance sans précédant dans les pays développés, débouchent en effet sur une émission des GES (gaz à effet de serre) considérablement accrue. La question du réchauffement climatique et des autres problèmes économiques liés à la pollution va alors progressivement émerger dès le début des années 1970, notamment par le biais du Club de Rome et de son rapport Meadows1. Cette nouvelle problématique donnera une légitimité nouvelle à une autre vision de l'économie – existant déjà auparavant mais peu prise au sérieux à l'époque – l'économie de l'environnement. Dès lors, de nombreuses conférences internationales rassemblent scientifiques et politiciens autour de cette même problématique à de nombreuses reprises : conférence de Stockholm en 1972, conférence de Genève en 1979, Sommet de la Terre de Nairobi en 1982, … En 1997, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le protocole de Kyoto est signé, et rentre en vigueur le 16 février 2005.
Nous résumerons dans une première partie un bref historique et un rappel du contexte ; après quoi nous étudierons le la mise en œuvre du protocole de Kyoto. Pour finir, nous analyserons de plus près ses critiques et ses aboutissements concrets.

Extrait du document:

Le cas majeur des Etats-Unis et des nouveaux pays industrialisés : cette superpuissance mondiale émet aujourd'hui un quart des GES, et ses émissions ne cessent de s'accroitre annuellement (1% environ chaque année). Pourtant, en 1997, le Sénat américain a refusé de ratifier le protocole de Kyoto à 95 voix contre 0, refus réitéré en 2005 sous le gouvernement Bush. Les Etats-Unis justifient alors ce refus par le fait que les pays en voie de développement doivent eux aussi prendre des engagements de limitation d'émission de GES. Ils estiment également que le protocole de Kyoto freinerait leur économie. De même, certains pays en développement ayant ratifié le protocole comme la Chine et l'Inde connaissent aujourd'hui une très forte croissance et émettent ainsi de plus en plus de GES – la Chine a dépassé les Etats-Unis depuis 2006.

Commentaires