Le réalisme poétique français, un courant à la tonalité mélodramatique assumée Exposé

Le réalisme poétique français, un courant à la tonalité mélodramatique assumée
Exposé étudiant le réalisme poétique français et sa tonalité mélodramatique à travers l'étude croisée des deux films "Le jour se lève" et "Le quai des brumes" de Marcel Carné. (pdf)
№ 30893 | 5,125 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le août 31, 2014 in Cinéma , Littérature
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Définition de ce qu'a pu être le genre mélodramatique au cinéma à travers un courant emblématique de cela: le réalisme poétique français. Etude croisée de deux films porteurs de ce courant: "Le jour se lève" et "le quai des brumes', tous deux orchestrés par le tandem Carné-Prévert.

Notre dossier portera sur deux films scénarisés par Jacques Prévert et réalisés par Marcel Carné: Le Quai des brumes (1938) et Le Jour se lève (1939). Ces deux films majeurs du cinéma français offrent la particularité de représenter au mieux un courant non moins important de cette cinématographie : le Réalisme Poétique. Outre ces similitudes au niveau des auteurs ainsi que du courant, les films que nous avons cité ont tous les deux Jean Gabin dans le rôle du protagoniste principal. Le Quai des brumes et Le Jour se lève comportent également plusieurs ressemblances que cela soit au niveau de la construction, des personnages ou encore de l'ambiance qui y règne.

1. La présence des grandes figures mélodramatiques dans les films
2. Le style réaliste poétiques
3. Les films du duo Carné/Prévert présentent la particularité de faire la part belle au mélodrame masculin

Extrait du document:

Une des caractéristiques importantes du Réalisme Politique est le fait que les films de ce genre étaient majoritairement tournés en studio. Les décors étaient donc construits sur mesure afin d'entrer au mieux en adéquation avec les souhaits des auteurs ainsi que l'univers du film. Le Quai des brumes et Le Jour se lève ne font pas exception à la règle puisque leurs décors ont été conçus par un des maîtres en la matière : Alexandre Trauner1. Des décors devant donc correspondre assez fidèlement aux personnages qui les habitaient ou bien qui devaient en faire ressentir l'état intérieur. On peut par exemple penser à la boutique de Zabel bien ordonnée et assez coquette mais sous laquelle se cache une cave sombre et lieu d'actes peu recommandables.

Commentaires