Le syndicalisme ouvrier en Europe au XIXe siècle Exposé

Le syndicalisme ouvrier en Europe au XIXe siècle
Exposé qui explique comment s'organise et comment évolue le syndicalisme ouvrier en Europe au XIXe siècle.
№ 20512 | 1,255 mots | 5 sources | 2010
Publié le oct. 19, 2010 in Histoire , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Avec la révolution industrielle, une classe sociale d'ouvriers s'impose progressivement comme une partie intégrante de la société. Accentuée par l'exode rural et l'explosion démographique que connaissent les pays européens en début de siècle, cette tendance résulte en une réorganisation sociale de la société. Ainsi, en 1880 au Royaume-Uni, 50% de la population active travaille dans le secteur secondaire. Or, ces ouvriers sont victimes d'un statut dévalorisé et soumis à des conditions précaires dans tous les domaines (logement, santé, pouvoir d'achat, entre autres). Le désir de bâtir une unité ouvrière qui revendiquerait plus de libertés et de prérogatives se fait sentir et ainsi naîtra le syndicalisme en Europe.

1. Quel syndicalisme ?
2. Evolution jusqu'à la Première Guerre
3. Une convergence ou une divergence des syndicalismes européens ?

Extrait du document:

Pour étudier le syndicalisme européen, il est plus intéressant de concentrer l'analyse sur les modèles anglais, français et allemand. D'une part car ce sont des pays qui ont beaucoup participé à la révolution industrielle et d'autre part car leurs modèles de syndicalisme illustrent globalement la plupart des formes de syndicalisme possible à l'époque.
Ils sont de nature assez différente. L'anglais est très inspiré par Robert Owen. C'est-à-dire qu'il visait une plus grande union au sein de la classe ouvrière. Ceux-ci vivaient de fait souvent à la façon d'une communauté, ce qui, selon Owen, était la meilleure façon de lutter contre la paupérisation découlant du rapport problématique entre les ouvriers et le système.

Commentaires