Les armoires à deux corps - deux exemples - Exposé by Evaphoto

Les armoires à deux corps - deux exemples -
Exposé d'histoire de l'art qui traite d'un type de mobilier spécifique sous Marie de Médicis et Louis XIII : l'armoire à deux corps.
№ 30536 | 2,710 mots | 7 sources | 2014 | FR
Publié le mars 09, 2014 in Histoire , Arts , Histoire de l'Art
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Autour de deux exemples très clairement détaillé (cartel, iconographie et décor), cet exposé fait le point sur un type de mobilier spécifique de l'époque de Marie de Médicis et de Louis XIII.

Les deux armoires à deux corps présentées datent de 1620 environ pour la première et de 1617 pour la seconde. Toutes deux conservées au musée du Louvre, elles sont des échantillons différents dans leurs décors et leurs iconographies qui représentent bien le mobilier utilisé sous la régence de Marie de Médicis (1610-1614) et le début du règne de son fils Louis XIII.
Marie de Médicis (1575 à Florence – 1642 à Cologne) épouse le roi de France Henri IV le 16 décembre 1600. Régente en 1610 à la mort de son mari et peut après avoir été couronnée officiellement reine, elle gère les affaires politiques du royaume de France. Louis XIII, alors âgé de neuf ans, est trop jeune pour régner.

I- La commande du mobilier
II- Les deux œuvres
III- Intérêt pour l'Histoire de l'Art

Extrait du document:

Cependant, nous pouvons affirmer que selon le commanditaire et son rang, mais aussi en fonction de la place du meuble dans la demeure, la facture et le décor de celui-ci vont être différents (solennel et majestueux dans les lieux publics par exemple). Les armoires, qu'elles soient à deux corps ou non, se rencontraient dans les antichambres ou dans les chambres. Les grands personnages qui pouvaient commander ce mobilier (bourgeois, aristocrate, princes et autres personnes royales) y rangeaient certes du linge de maison et des vêtements, mais ces meubles contenaient souvent des objets plus importants, voir précieux, comme des objets de piété, des livres ou des papiers importants. Pour la petite anecdote, la conception de l'armoire à deux corps serait en lien avec les amours coupables : on ne pouvait certainement pas y cacher un amant surpris.

Commentaires