Les composantes politiques du débat français sur le chômage Exposé

Les composantes politiques du débat français sur le chômage
Exposé sur les propositions des présidentiables pour lutter contre le chômage en montrant un panorama des divergences idéologiques.
№ 19252 | 1,585 mots | 0 sources | 2010
Publié le août 25, 2010 in Droit , Sciences Politiques
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'objet de cet exposé est double : d'une part, il s'agit de dresser un panorama de l'ensemble de la classe politique concernant les propositions de lutte contre le chômage; d'autre part, en critiquant ces mesures, il est question de montrer le lien entre l'idéologie politique des partis qui les proposent et leur lecture de l'économie.
Dogme libéral, ou tentative de propagande présidentielle, cette formule s'est vue affublée de tous les qualificatifs par la classe politique française, et le monde médiatique. Cependant, si cette formule semble fantaisiste, elle a participé du succès de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Au delà de cette formule, c'est un autre constat qu'il est possible de dresser: Sarkozy a lancé cette formule, proposant par là une offre politique que les autres candidats n'étaient pas en mesure de proposer aux Français. Cela révèle ainsi l'incapacité de la classe politique française à répondre concrètement, par des politiques économiques spécifiques, à la grande question du chômage.

1. Les propositions émises par François Bayrou, candidat représentant du parti centriste du Modem
2. Les propositions émises par Ségolène Royal: l'axe de la formation et de l'insertion privilégié
3. Les propositions émises par Nicolas Sarkozy: symbole de la droite classique teintée de libéralisme

Extrait du document:

François Bayrou propose l'unification des minima sociaux, en une allocation unique, par points (femme seule avec enfants), conciliable un certain temps avec un salaire, de manière dégressive. Il s'agit donc ici, par ce système de points, d'opérer un traitement au cas par cas, fonction des difficultés. En contrepartie pour faciliter l'insertion, le bénéficiaire de minima sociaux doit effectuer une activité pour la collectivité, (il peut s'agir de tâches de l'ordre de la sécurité, de l'aide aux familles, de l'accompagnement aux personnes dépendantes, etc.…) correspondant à ses qualités et compétences et censée l'aider a se réinsérer dans la société. Cette activité donnera lieu à un revenu complémentaire.

Commentaires