Les relations sino-africaines Exposé by cha2001

Les relations sino-africaines
Exposé qui présente les différentes stratégies chinoises et tente de décrypter le regard de la Chine, de l'Afrique et de l'Europe à l'égard des relations sino-africaines.
№ 10290 | 2,840 mots | 14 sources | 2008 | FR
Publié le févr. 25, 2009 in Histoire , Relations Internationales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Contrairement aux idées véhiculées, les relations sino-africaines ne remontent pas à la dernière décennie. Dès le XVème siècle, des jonques chinoises commandées par l'amiral Zheng-He bordent les côtes orientales et australes de l'Afrique. C'est ainsi qu'aujourd'hui on trouve dans les ruines du Grand Zimbabwe des pièces en céramique chinoise.
Les relations sino-africaines prennent une dimension politique lors des luttes d'Indépendance. Déjà en 1956 lors de la Conférence de Bandoeng, chinois et africains ont élevé une même voix contre le «colonialisme mort ou moribond» selon l'expression de Léopold Senghor. Chou en Laï, dirigeant chinois de l'époque, soutien les maquis et africains, arme les mouvements de libération nationale des colonies lusophones , ainsi que la branche armée de l'ANC en Afrique du Sud.

I. Une collaboration ancienne

II. Une stratégie multiple
1. La stratégie économique
2. Une approche géopolitique
3. La Chine et l'aide au financement
4. La diplomatie, au-delà de l'utilitaire économique

III. Vision africaine de la Chine

IV. La vision de l'Europe

Extrait du document:

D'un point de vue économique, les échanges commerciaux ont été multipliés par quatre entre 2001 et 2005 . La Chine est particulièrement présente dans le secteur énergétique, dans l'automobile, les bâtiments et des travaux publics et on assiste à l'émergence de marchandises asiatiques sur les marchés africains (jouets ou vêtements par exemple). De la sorte, la Chine investit aussi bien au Soudan, au Niger, en Guinée Equatoriale, en Angola ou en Egypte pour les exploitations pétrolières qu'au Zimbabwe, en République Démocratique du Congo ou au Soudan pour les ressources en minerais (cuivre, cobalt). Deuxième consommateur d'énergie au monde – avec un taux de dépendance énergétique de 40 % - la Chine doit se munir de réserves fiables afin de répondre à ses besoins futurs.

Commentaires