Les titulaires de la souveraineté sous la Vème République Exposé

Les titulaires de la souveraineté sous la Vème République
Exposé se demandant si la Vème République s'inscrit dans la souveraineté nationale ou la souveraineté populaire. (pdf)
№ 20595 | 2,540 mots | 6 sources | 2010
Publié le oct. 24, 2010 in Droit , Sciences Politiques
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

« Il est de l'essence de la puissance souveraine de ne pouvoir être limitée : elle peut ou elle n'est rien » écrivit Jean Jacques Rousseau dans ses Lettres de la montagne publiées en 1764, en plein cœur d'une époque intellectuelle charnière de l'histoire française puisqu'elle précède la Révolution française et l'a engendrée. Ainsi, selon le philosophe des Lumières, la souveraineté, quelle que soit son origine ou son détenteur, doit être totale, sans restriction, sans pouvoir supérieur susceptible de la brider. Dans ce texte, c'est de la souveraineté de la nation dont il s'agit et que l'auteur décrit en ces termes : en précurseur des révolutionnaires de 1789, Rousseau déclare, affirme que la souveraineté appartient et doit entièrement appartenir à la nation. Concept novateur, concept inconnu à l'époque, concept qui fait peur, pourtant rapidement adopté, figurant parmi les premiers articles de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789.

I – Une évolution des concepts de nation et de peuple induisant une évolution du concept de souveraineté
II – Souveraineté nationale et souveraineté populaire, une possibilité de coexistence : l'exemple de la Vème République française

Extrait du document:

Le philosophe Karl Popper a émis l'idée que le critère de souveraineté était caduc et méritait d'être remplacé par un critère de bienfaisance à la communauté des régimes politiques, entendant par là l'établissement d'un classement et d'un jugement des régimes par leur capacité à réduire la « capacité de nuisance des gouvernants ».

Commentaires