Les usages de la grève de la faim Exposé by whatelse

Les usages de la grève de la faim
Dissertation qui explique la distinction entre deux usages de la grève de la faim : la pression et l'alerte.
№ 17521 | 3,905 mots | 12 sources | 2010
Publié le juin 30, 2010 in Sciences Politiques , Questions Sociales
11,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le terme de « grève de la faim », ou « jeûne » apparaît, selon Johanna Siméant au tournant du XIXe et du XXe siècle, pourtant, des pratiques individuelles de jeûne sont identifiées dès le IIIe siècle notamment en Irlande ou en Inde dans le cadre du « jeûne créancier » visant, pour les grévistes à contraindre leur débiteur à honorer ses dettes. La pratique moderne n'apparaît qu'au début du XXe siècle, elle n'est alors plus une manière de régler un conflit interpersonnel, mais elle devient un mode d'action visant à contraindre une autorité, les premiers mouvements grévistes sont ainsi le fait des suffragettes anglaises en 1905.

1. La grève de la faim comme arme des faibles
2. La grève de la faim comme rapport de force, l'autorité et le rôle des médias

Extrait du document:

Un exemple intéressant de grève de la faim limitée est celui de ce qui deviendra le Collectif SOS Avenir Minguettes, à Vénissieux, près de Lyon. Après les « émeutes » des banlieues Lyonnaises (Villeurbanne, Vénissieux, Vaulx-en Velin) à l'été 1981, répétées à l'été 1982, un groupe de jeunes, issus de l'immigration, et dont la stigmatisation portée par le Front National commençait (première percée du FN aux municipales de Mars 1983. En 1984 une enquête de la SOFRES montre que 26% des français sont d'accord avec au moins une idée de Jean-Marie Le Pen), décide de se mobiliser pour éviter que les affrontements avec les policiers ne dégénèrent.

Commentaires