Les villes françaises et la tertiarisation Exposé by bertille89

Les villes françaises et la tertiarisation
Exposé se demandant en quoi la tertiarisation est un processus multiforme, difficile à délimiter. (pdf)
№ 28618 | 7,935 mots | 15 sources | 2012 | FR
Publié le juil. 24, 2012 in Économie , Géographie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le caractère flou de la limite entre secondaire et tertiaire tient justement à leur nature mouvante, ce dont rend compte l'idée d'un processus de tertiarisation. Ce processus, comme toute évolution de l'équilibre entre les secteurs, tient au jeu de deux variables : la production de chaque secteur, qui est le fait de sa productivité et du progrès technique, et la demande adressée à chacun, d'entre eux, par les consommateurs. Ces deux facteurs ne jouent généralement pas dans le même sens, mais s'équilibrent à long terme, grâce à un transfert de la population active depuis les secteurs à productivité élevée confrontés à une saturation de la demande, vers ceux où la productivité est encore faible mais où la consommation est importante. Ainsi la tertiarisation résulte-t-elle d'une augmentation de la productivité des industries de base combinée à une saturation de leurs débouchés sur le marché national. En France, on peut dater ses débuts aux années 1970-1980, où la rupture que représente la crise économique du milieu des années 1970, qui a vu chuter la part de l'emploi industriel, définit un point d'inflexion assez net, même si cette baisse de l'emploi industriel procède aussi d'une tendance de fond. Entre 1954 et 1980, la part des emplois tertiaires dans la population active est passée de 39% à 56%, puis atteint 66% en 1990 et 75% en 2009.

I. Entre concentration et diffusion, une nouvelle géographie des services
II. La tertiarisation de l'espace économique français : vers une diversification compétitive des villes
III. La tertiarisation de la société urbaine : une mutation de l'espace social des villes

Extrait du document:

L'espace du technopôle a été aménagé selon des principes fonctionnalistes : la partie située à l'ouest de la route de Valbonne est devenue un parc départemental ouvert au public, tandis que la partie est a accueilli des établissements de formation et de recherche (IUT, École des Mines, antenne du CNRS, INRIA) et des industries de haute technologie (notamment Thales). D'un point de vue industriel, l'opération est une réussite : en 2003, le technopôle regroupe 1 227 firmes représentant 24 550 emplois. Les cadres représentent 52% de la population active. Du point de vue du développement universitaire, le bilan est plus modeste : l'effectif de 2 500 étudiants est faible par comparaison avec les effectifs que l'on peut relever dans d'autres technopôles.
  • Dissertation qui pose la question de savoir si les comportements démographiques des villes s'opposent entièrement à ceux des campagnes.
    № 13303 | 2,800 mots | 5 sources | 2009 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Dissertation sur la perception des villes au XIXe siècle.
    № 13988 | 2,525 mots | 0 sources | 2010 | détails
    8,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé qui traite de la spécificité des villes africaines, de l'héritage historique, de leur inclusion, ou non dans la mondialisation et des mutations spatiales.
    № 16793 | 1,133 mots | 0 sources | 2010 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires