Outils agricoles et agriculture au Moyen-Âge classique Exposé by Nosferah

Outils agricoles et agriculture au Moyen-Âge classique
Exposé qui présente les progrès réalisés sur les outils agricoles et techniques aratoires (araire et charrue) durant cette période.
№ 5209 | 2,340 mots | 0 sources | 2007
Publié le avr. 21, 2008 in Histoire
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'outillage agricole s'associe à la technicité des pratiques.
Son évolution se doit de faciliter le travail des hommes. Les modifications apportées aux instruments au fil du temps conduisent au développement de petits outils manuels : faux, faucille, houe, pic, pioche… et à de plus grands outils tractés : araire, charrue, herse...
S'y associe la force animale.

I – Les outils tractés
A. Labourer un sol léger : l'araire
B. Labourer un sol lourd : la charrue
C. Emotter / Recouvrir des semis : la herse

II – Les outils maniés
A. Biner la terre : houe et pelle
B. Moisson et fenaison : faux et faucille
C. Tailler : les forces

III – Les outils de contenance
A. La vigne : hotte et cuveau
B. La cueillette : la corbeille

Extrait du document:

Au Moyen-Age, la productivité agricole s'améliore grâce –notamment- à
l'utilisation de la force de traction animale. Dans l'Antiquité, les hommes
utilisent un collier de gorge qui étrangle l'animal et réduit sa force de traction. Le collier d'épaule serait apparu en Rhénanie courant IXème siècle. La ferrure se généralise également à la même époque pour les animaux de trait. Dans les riches exploitations, les chevaux supplantent les boeufs, toutefois, les boeufs sont toujours majoritairement répandus en France au XIIIème siècle.
L'araire est un instrument de labour très ancien, qui apparaît dès le néolithique vers - 3500 en Mésopotamie, alors que l'homme utilisé jadis des outils maniés. Elle est introduite en Europe vers 2000 av. JC et est utilisée jusque courant XXème siècle de notre ère. Il n'y a pas de prolifération anarchique d'instrument aratoire. Il existe un double développement de l'araire et de la charrue.

Commentaires