Pirandello et le genre de la nouvelle Exposé

Pirandello et le genre de la nouvelle
Exposé sur les métamorphoses du genre narratif entre 1900 et 1930 avec la naissance du genre de la nouvelle, illustré ici par l'oeuvre de Luigi Pirandello, prix Nobel de littérature 1934.
№ 9942 | 3,200 mots | 0 sources | 2009
Publié le janv. 27, 2009 in Danse et Théâtre , Littérature , Littérature Etrangère
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au début du XXème siècle, nait le genre littéraire qu'on appelle "nouvelle". Dans sa première acceptation, il s'agit de consacrer entièrement un texte au monologue intérieur, rendant les évolutions psychologiques du narrateur. Pirandello, dans ses nouvelles, allie ce monologue intérieur à la création de plusieurs personnages, mêlant le fantastique et l'imaginaire à une réalité qui échappe au narrateur.
A partir de l'étude de plusieurs des nouvelles Luigi Pirandello, il s'agit d'explorer quelques points majeurs de son oeuvre.

I. Introduction générale sur le genre de la nouvelle
II. Le pirandellisme
IV. L'humour et le vérisme
III. La nouvelle et le théâtre

Extrait du document:

Pour Pirandello, le moi est un leurre et les formes artistiques ne sont pas en mesure de rendre compte de la complexité de vie. Il met en scène des situations dont les tenants et aboutissants échappent au lecteur. La vérité est insaisissable et il est impossible de dire si le dénouement est réel. On a donc un auteur pris au piège entre les lois de la fiction (lois faibles) et les lois de la réalité (lois fortes). Il est impossible de représenter la réalité car tout choix de forme en art demande qu'on transforme son objet quitte à le rendre méconnaissable.
  • Dissertation d'économie qui, après analyse de la nouvelle économie, tente de démontrer le rôle du progrès technique et de l'innovation aux niveaux macroéconomiques et microéconomiques.
    № 10961 | 1,710 mots | 0 sources | 2009 | détails
    6,95 $US
    Ajouter au panier
  • « Un texte ne saurait appartenir à aucun genre. Tout texte participe d’un ou de plusieurs genres, il n’y a pas de texte sans genre, il y a toujours du genre et des genres mais cette participation n’est jamais une appartenance » Jacques Derrida
    № 69 | 1,200 mots | 0 sources | 2007 | détails
    5,95 $US
    Ajouter au panier
  • Commentaire de la 34ème nouvelle "L'Heptaméron"de Marguerite de Navarre se demandant en quoi cette nouvelle à l'aspect frivole, qui embrasse toutes les conventions de la facétie, permet d'unir émotion et méditation.
    № 28325 | 4,220 mots | 0 sources | 2012 | FR | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires