Prosper Mérimée et la protection des monuments français au XIXème siècle Exposé by yoyo4721

Prosper Mérimée et la protection des monuments français au XIXème siècle
Exposé sur l'élaboration d'une politique de protection et de restauration du patrimoine monumental dans laquelle Mérimée a joué un rôle de premier plan.
№ 22197 | 3,725 mots | 8 sources | 2011
Publié le janv. 21, 2011 in Architecture , Histoire , Arts , Histoire de l'Art
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour commencer nous pouvons dire qu'au Moyen-âge et pendant l'Ancien Régime la notion de « patrimoine historique » n'existait pas. Pour prendre un exemple à Bordeaux, Louis XIV ordonne en 1677 la démolition du monument des Piliers de Tutelle (du 3e siècle), alors que pour l'architecte Claude Perrault, c'est «un des plus magnifiques » témoins de l'architecture romaine » et « des plus entiers qui fussent restés en France ». C'est dans ce 19è siècle, qualifié de « siècle Histoire » dans certains ouvrages que l'on peut dire qu'apparaît véritablement une conscience patrimoniale.

1. Inspecteur général des Monuments Historiques, un métier à créer
2. La « lutte » de Prosper Mérimée dans la protection des Monuments français
3. Les chantiers phares et les doctrines

Extrait du document:

Les tentatives de la Révolution et du premier Empire en faveur de l'inventaire et de la sauvegarde du passé de la France se concrétisent en 1830, dans un contexte de réconciliation nationale, par la création d'un poste d'inspecteur général des Monuments historiques. C'est sous le gouvernement de Louis-Philippe que le 21 octobre, Guizot, ministre de l'Intérieur, propose au roi de nommer le jeune historien Ludovic Vitet.

Commentaires