Quand communiquer c'est faire Exposé

Quand communiquer c'est faire
Exposé se demandant si la « communication » dite politique s'apparente plus à une continuation logique de l'héritage grecque ou bien à une nouvelle à une nouvelle forme de propagande étatique déguisée.
№ 27789 | 1,720 mots | 0 sources | 2012 | FR
Publié le janv. 23, 2012 in Sciences Politiques , Sociologie , Médias
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les médias jouent, à l'heure actuelle, un rôle prédominant dans la sphère politique et sociétale. Ce phénomène est fortement lié à une seconde évolution plus ancienne : l'accroissement de la parole non plus comme simple fin mais en tant que moyen ! Sa principale caractéristique est qu'elle distingue l'humain de l'animal. Ainsi, s'opposant de façon stricte à l'animalité, la parole va alors se développer comme un moyen de résolution des conflits. Engendrant alors une baisse constante de la violence, la discussion se pose comme un moyen d'arrangement parallèle. Avec l'émergence de la démocratie en tant que modèle de gouvernance dominant, son rôle va alors devenir prédominant. Prenons l'exemple de la démocratie grecque. Durant cette période phare de la démocratie directe, on observe une véritable (r) évolution : l'art oratoire et sa prise d'importance en politique. Nous le verrons par la suite, mais la société grecque constitue un héritage non négligeable de la société actuelle. Ceci amènera des changements à venir.

I. Dire et faire faire, deux notions fortement liées dans la vie politique.
II. La communication politique, persuasion rhétorique ou manipulation ?

Extrait du document:

Après la Seconde guerre mondiale, en France, on assiste à une explosion de ces communiqués faits au peuple avec l'impulsion majeure du Général de Gaulle. Désormais, avec une volonté de tirer sa légitimité du peuple, le Général et la Ve République vont instituer une forme de gouvernement unique où la communication au peuple est devenue courante. Ceci s'explique majoritairement par la légitimité du pouvoir qui, désormais, appartient au peuple (cf. 1962 suffrage universel direct).

Commentaires