Tous les hommes parlent : pourquoi tous ne sont-ils pas grammairiens ou linguistes ? Exposé

Tous les hommes parlent : pourquoi tous ne sont-ils pas grammairiens ou linguistes ?
Dissertation portant réflexion sur la naissance de la grammaire et de la linguistique.
№ 30235 | 10,140 mots | 0 sources | 2013 | FR
Publié le nov. 20, 2013 in Littérature , Linguistique
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il existe vraisemblablement des conditions anthropologiques d'apparition de savoirs
métalinguistiques qui rendent possibles la naissance et le développement de traditions grammaticales (pour un tableau synoptique de ces traditions « autochtones », voir Auroux 1996, « Chronologie de la réflexion linguistique », p. 359-394). Ces conditions sont évidemment diverses et les disciplines qui les étudient variées : psycholinguistique, linguistique, spécialistes de l'acquisition des langues maternelle, secondes, étrangères… Les débats sont nombreux pour savoir si l'aptitude métalinguistique qui semble concerner tous les locuteurs de toutes les langues n'est qu'un aspect de la métacognition, ou s'il s'agit d'une aptitude spéciale, plus fondamentale et plus complexe que tout autre aspect métacognitif. Pour ce qui intéresse l'histoire des idées linguistiques, on peut modestement partir d'un double fait empirique aisément constatable : s'il existe des traditions grammaticales dans différentes cultures, toute culture ne développe pas nécessairement de tradition grammaticale.

1. Existe-t-il des conditions générales d'apparition des traditions grammaticales ?
2. Langage et technique (l'hypothèse technologique) ?
3. Le seuil de l'écriture ?
4. Existe-t-il une « linguistique populaire » ?
5. Qu'est-ce qu'une représentation mythique du langage ?

Extrait du document:

Bien sûr, la distinction entre épilinguistique et métalinguistique peut sembler fragile. Elle est pourtant essentielle pour comprendre l'émergence de traditions grammaticales vouées à la transmission et aboutissant à la grammatisation de toutes les langues du monde.
Dans un premier temps, nous pensons nécessaire de revenir sur cette distinction fondamentale et sur son utilité pour l'histoire des idées linguistiques, pour revenir ensuite à l'émergence des traditions grammaticales « originales » (celles qui ne sont pas [encore] le résultat d'un emprunt ou d'un transfert) et aux conditions de leur émergence.
Au XXe siècle, l'investigation concernant ce qu'on peut appeler à la suite de Jakobson la fonction métalinguistique a été développée essentiellement dans le sillage de la logique moderne (Carnap, Frege, Tarski, Gödel…) et du développement des formalismes logico-mathématiques.

Commentaires