"Trainer les pieds" en entreprise Exposé

"Trainer les pieds" en entreprise
Exposé portant sur le phénomène de comportement oisif adopté par le salarié au sein de son entreprise.
№ 11277 | 3,080 mots | 0 sources | 2009
Publié le mai 26, 2009 in Sociologie , Management , Questions Sociales , Ressources Humaines
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Corinne Maier, auteur de l'ouvrage «Bonjour Paresse. De l'art et de la nécessité d'en faire le moins possible en entreprise», l'a bien compris : les salariés inertes, ou «traîne-savates», sont de plus en plus nombreux. En faire le moins possible au travail est devenu un véritable art dans lequel certains se sont spécialisés.
Alors, qui sont ces «traîneurs de pieds», qui cultivent l'art de ne rien faire (ou presque) au travail ? Comment fonctionnent-ils ? Pourquoi se comportent-ils de la sorte ? Quelles sont leurs motivations ?

I. Les différents types de «traîneurs de pieds»
1) Les déçus de l'entreprise
2) Les salariés sous haute protection
3) Les salaries qui font passer le brio pour de la compétence
4) Les militants du service minimum
5) Les absents de l'intérieur
6) Les brasseurs d'air

II. A qui la faute ?
1) Le salarié reste responsable du comportement qu'il choisit d'adopter
2) … mais l'entreprise peut avoir une influence sur l'attitude de son personnel

III. Traîner les pieds : le jeu en vaut-il la chandelle ?
1) Les avantages
2) …mais aussi les risques quand on adopte ce comportement

Extrait du document:

Un salarié, en entrant dans une entreprise, cherche toujours à faire ses preuves pour que ses compétences soient reconnues. Il cherche à prouver, non seulement à ses collègues mais également à son entreprise, qu'elle a fait le bon choix en l'embauchant. Ainsi, le salarié est motivé, prêt à travailler plus (au détriment de sa vie sociale, et parfois de sa vie familiale) en réalisant des heures supplémentaires. Il accepte toutes les critiques avec le sourire pour être bien vu. Il répare ses erreurs dans des délais records et tente de nouer des contacts avec ses collègues. Il cherche à être aimé de tous et souhaite que son travail soit reconnu. Cependant, après cette période d'euphorie et de motivation intense, le salarié se décourage peu à peu. Parfois l'entreprise ne reconnaît pas le travail fournit par le salarié, qui lui pense qu'on ne le juge pas à sa juste valeur. C'est à ce moment que le salarié devient un «traîneur de pieds» : déçu, démotivé et désillusionné, le salarié ne cherche plus à se faire reconnaître dans la mesure où il ne voit pas ses efforts récompensés. Il entre alors dans l'ère du faux semblant, en flânant au lieu de travailler.

Commentaires