Vers une voie contemplative et spirituelle du cinéma Exposé by alphamax

Vers une voie contemplative et spirituelle du cinéma
Exposé qui cherche à comprendre quelle place tient aujourd'hui ce cinéma sacré, chargé de sens et dénudé d'intrigue. Comment l'acte de voir peut-il devenir un acte de foi ?
№ 8712 | 4,915 mots | 0 sources | 2008
Publié le nov. 11, 2008 in Commerce , Cinéma , Sociologie , Arts , Questions Sociales
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Cette étude mettra en valeur trois films phares d'un genre de cinéma peu commun : Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio, Baraka de Ron Fricke, et Les Saisons d'Artavazd Pelechian. Aussi proches ou lointains soient-ils, ces films mettent en commun une même idée du cinématographe, celle de procurer une relation si forte à l'être intérieur (animé ou inanimé) que la projection serait, à l'égale d'une douce épiphanie, la révélation d'un double de l'écran, réverbération de la lumière en l'esprit.
Et puis, c'est également le retour à un cinéma d'expérience, que chaque film entend différemment, par des regards cohérents sur le monde, sans mot du langage courant prompt à les décrire, des évocations dont le langage du cinéma, de la vision, soit seul à pouvoir traduire.
Alors au cœur d'une époque progressiste et pressée, le regard humain de la contemplation, fluide, tempéré, limpide, élévateur, et pourtant chargé d'une complexité métaphysique à l'égal de la nature, apparaît comme un souffle nouveau presque nécessaire.

1) Introduction à une nature fantasmée

2) Cinéma des hauteurs et des profondeurs

3) L'expérience cinéma

4) Temps intemporel et forme libre du temps

5) Le montage révélateur

6) Le regard humaniste

7) Le couple image/son : la musique transcendantale

Extrait du document:

Le cinéma se propose aux masses comme une religion libre qui respecte les rituels sans sacrifier l'âme de son blasphémateur. Nous vivons un temps en quête d'un nouvel esprit chargé de soulager les corps qui, en dehors des salles, souffrent atrocement ; mais cette volonté d'abandon tient plus de l'expérience, d'une transe éphémère que d'un authentique dévouement. Au départ le spectateur, qui est encore un homme, mesure d'un œil distant, bien qu'intrigué, la sorcellerie qui s'agite sur la toile. Et puis peu à peu, l'image se familiarise avec l'œil, rejoint l'esprit, se sociabilise même avec lui. Et cet homme jusqu'ici spectateur de ses propres créations intérieures, de son propre monde archétypal, se greffe un autre miroir dans l'œil, témoin de la production d'images proprement extérieures, de chimères qui ne lui appartiennent plus.
  • Travail de recherche portant sur l'histoire du Chili et de son cinéma à travers trois réalisateurs : Patricio Guzman, Andres Wood et Sebastian Campo.
    № 7791 | 7,100 mots | 1 source | 2008 | détails
    14,95 $US
    Ajouter au panier
  • Exposé analysant les rapports du cinéma à l'homosexualité et la façon dont le personnage homosexuel est représenté des années 50 à nos jours.
    № 12998 | 4,100 mots | 0 sources | 2009 | détails
    11,95 $US
    Ajouter au panier
  • Travail de recherche portant sur le rôle que jouent les sons (voyelles, assonances) dans les Derniers vers de Rimbaud et se demandant si les sons contribuent à fortifier ou à affaiblir le vers métrique, qui se dirige alors en direction du vers libre. (pdf
    № 17337 | 5,280 mots | 14 sources | 2008 | détails
    12,95 $US
    Ajouter au panier

Commentaires