"Devant l'image" de Didi-Huberman Fiche de lecture

"Devant l'image" de Didi-Huberman
Fiche de lecture de l'oeuvre du philosophe Georges Didi-Huberman, qui s'interroge sur la manière qu'ont les historiens de l'art de considérer les oeuvres.
№ 13357 | 4,950 mots | 10 sources | 2008
Publié le janv. 08, 2010 in Philosophie , Histoire de l'Art
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'histoire de l'art est une discipline organisée, plutôt jeune puisqu'elle a environ deux siècles. En effet, Vasari ou Winckelmann sont souvent désignés comme les fondateurs de cette discipline, mais ils ne la fondent pas en tant que discours constitué. Les termes d'« histoire » et d'« art » peuvent paraître opposés, et il existe une revendication anhistorique dans la perception de l'œuvre d'art. Cependant avec Marx, notamment dans sa Critique de l'économie politique publiée en 1859, on vient à penser que la production des idées ainsi que les productions dans la conscience, auxquelles appartiennent les oeuvres d'art, sont articulées aux rapports de productions, et ainsi organisent les relations sociales. Un art ou une pensée va donc dépendre des éléments historiques et sociaux. L'œuvre d'art est donc articulée aux conditions socio-historiques, et c'est ainsi que l'on peut fonder une discipline qui serait l'histoire de l'art.

Extrait du document:

Georges Didi-Huberman est un philosophe et historien de l'art né à Saint-Etienne en 1953. Après avoir été pensionnaire à l'Académie de France à Rome (Villa Médicis), et résident à la fondation Berenson à Florence, il enseigne depuis 1990 à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, où il est maître de conférences. C'est un livre consacré à l'iconographie photographique de l'hystérie (L'invention de l'hystérie) publié en 1982 qui a fait connaître l'auteur de Devant l'image. Suivait en 1985 un ouvrage intitulé La peinture incarnée, où se dévoilaient déjà quelques-uns des thèmes développés par Devant l'image. Ce dernier ouvrage, publié en 1990, a pour sous-titre : « question posée aux fins d'une histoire de l'art », la question étant : pourquoi l'histoire de l'art adopte-t-elle un tel ton de certitude ?

Commentaires