« Du Tage au Gange, une conjoncture millénariste à l'échelle eurasiatique », Sanjay Subrahmanyam Fiche de lecture by Luisap

« Du Tage au Gange, une conjoncture millénariste à l'échelle eurasiatique », Sanjay Subrahmanyam
Fiche de lecture de l'article « Du Tage au Gange, une conjoncture millénariste à l'échelle eurasiatique », de Sanjay Subrahmanyam s'interrogeant sur les caractères principaux des « connected studies ».
№ 22317 | 2,150 mots | 0 sources | 2010
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Si on parcourt cet article « Du Tage au Gange, une conjoncture millénariste à l'échelle eurasiatique », écrit par l'historien Sanjay Subrahmanyam, disons « en surface », on voit qu'il traite du synchronisme, au XVIe siècle, entre les grandes découvertes et les attentes millénaristes de nombreuses sociétés (cadre spatial du Portugal à l'Inde). Il part alors des recherches récentes sur le millénarisme politique pour souligner particulièrement le rôle de l'Iran et de l'Inde dans ce phénomène. Son développement sur le sujet est très intéressant, mais j'ai décidé ici de faire une lecture distanciée en me consacrant plutôt à un point de vue méthodologique (surtout que si avez lu l'article il n'est pas très utile de revenir sur les détails).
Subrahmanyam utilise dans son essai les termes d' « histoire comparative ou globale », aussi c'est sur cette notion et le sens qu'il lui donne que j'ai décidé de centrer cet exposé.

I/ Changement d'échelle : vers la fin du compartimentage
II/ Les problèmes de définition posés par la globalisation

Extrait du document:

Il y a d'abord le problème de la périodisation, car tantôt elle est décrite comme un phénomène caractéristique de l'époque contemporaine ; tantôt on dit au contraire qu'elle a toujours existé. L'histoire globale aurait donc en quelque sorte pour vocation d'« historiciser » la mondialisation, en prenant en compte la multiplicité des contacts et circulations qu'elle a pu engendrer, et en échappant au déterminisme économique qui a pu peser sur son analyse.

Commentaires