« Fondement de la métaphysique des mœurs », Kant Fiche de lecture

« Fondement de la métaphysique des mœurs », Kant
Fiche de lecture de « Fondement de la métaphysique des mœurs », de Kant, ce dernier affirmant qu'il soit de la plus extrême nécessité d'élaborer une bonne fois une Philosophie morale pure.
№ 18203 | 6,200 mots | 0 sources | 2010
Publié le juil. 26, 2010 in Anthropologie , Philosophie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les lois morales se distinguent de toute connaissance pratique, elles ne donnent que des lois à priori. Cependant, la faculté de juger provient de l'expérience. Une métaphysique des mœurs est donc nécessaire. La Métaphysique des mœurs doit examiner l'idée et les principes d'une volonté pure possible, non les actions et les conditions du vouloir humain en général, qui pour la plus grande part sont tirées de la Psychologie. Les « fondements » de cette métaphysique des mœurs ne sont rien de plus que la recherche et l'établissement du principe suprême de la moralité. LA méthode suivie par Kant : aller de la connaissance commune à la détermination puis redescendre synthétiquement de l'examen de ce principe et de ses sources à la connaissance commune où l'on en rencontre l'application.

1° Première section : passage de la connaissance rationnelle commune de la moralité à la connaissance philosophique
2° Deuxième section : passage de la philosophie morale populaire à la Métaphysique des mœurs
3° Troisième section : dernière démarche de la Métaphysique des mœurs à la Critique de la raison pure pratique

Extrait du document:

Les principes empiriques ne peuvent servir de base à la morale. En effet ils dépendent de situations contingentes alors que les lois de la morale doivent être universelles. Ex: le principe du bonheur personnel est le plus condamnable parce qu'il ne contribue en rien à fonder la moralité (un homme heureux est différent d'un homme bon) et qu'en plus, il est faux. Parmi les principes rationnels, celui, ontologique, de la perfection, poserait les bases d'un système de morale qui serait justement le contraire de la moralité.

Commentaires