"Huis clos"de Jean Paul Sartre Fiche de lecture

"Huis clos"de Jean Paul Sartre
Fiche de lecture sur l'ouvrage "Huis clos"de Jean Paul Sartre portant sur la manière dont Sartre a utilisé l'art théâtral pour illustrer plusieurs principes de sa philosophie existentialiste.
№ 16219 | 2,880 mots | 0 sources | 2010
Publié le mai 27, 2010 in Philosophie
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La pièce de théâtre Huis clos est signée de la plume du philosophe existentialiste Jean-Paul Sartre à la fin de l'année 1943, et fut représentée pour la première fois le 27 mai 1944 au théâtre du Vieux Colombier dans un Paris encore occupé par les Allemands. L'année précédente, Jean-Paul Sartre avait publié son premier essai et son œuvre philosophique majeure, l'Etre et le néant, qui présente sa pensée existentialiste de manière théorique et complexe. Avec l'Etre et le néant, Sartre devint une des figures les plus prestigieuses de la philosophie du XXe siècle.

1. Une situation faite pour illustrer les paradoxes de la relation à l'autre
2. La relation ambigu avec l'autre dans la philosophie sartrienne, à travers l'étude des personnages

Extrait du document:

Dans Huis clos, Sartre met en scène des personnages déjà morts, ce qui lui permet de faire passer son message concerne l'essence de l'homme qui ne serait que la somme de ses actes, une essence qui ne peut se déterminer que lors de la mort, d'où la célèbre formule de Sartre « l'existence précède l'essence ».
Ainsi chacun va confesser les actes de son existence dans Huis clos et être jugés par ces actes par les deux autres personnages Qu'importe leur intentions, seuls les actes comptent. Lorsque Garcin demande dans la scène 5 « Peut-on juger une vie sur un seul acte ?», et qu'il oppose ses actes à ses intentions (« je voulais être un homme»), Inès se charge de lui faire comprendre que seul compte ce qu'il a fait, non pas ce qu'il a rêvé, Sartre fait ainsi passer à travers la parole d'Inès un message clé de sa philosophie de l'engagement : « Seuls les actes décident de ce que l'on a voulu ».

Commentaires