"L'avènement des loisirs", Corbin Fiche de lecture by spycrow

"L'avènement des loisirs", Corbin
Fiche de lecture intégralement rédigée portant sur "L'avènement des loisirs" de Corbin qui traite de la redistribution des temps sociaux et des usages modernes du temps libre.
№ 20731 | 5,935 mots | 6 sources | 2010 | FR
Publié le oct. 27, 2010 in Histoire , Sociologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Au XIXème siècle, l'oisiveté est ouvertement réprimée par la pyramide sociale : pour l'Eglise, elle est un des péchés capitaux et contribue à la débauche ; pour les psychiatres et moralistes elle instille le spleen et l'ennui. La valorisation de l'activité est le résultat de la pensée des Lumières exaltant le travail productif et l'ascension du mérite aux dépens de la naissance. Cette philosophie dénonçait l'oisiveté comme source de l'échec, et l'inactivité, c'est-à-dire la capacité inemployée, comme la figure du malheur. Cependant les anciennes conceptions aristocratiques persistent dans l'imaginaire social. L'aristocratie, « la classe des gens de loisir » [Stendhal] perçoit la disponibilité comme privilège de la naissance, qui permet de conquérir sa liberté grâce à la culture du corps et de l'esprit : on retrouve alors l' « otium cum dignitate » de l'Antiquité. Il semble pourtant paradoxal qu'une société qui exalte l'activité satisfasse dans le même temps autant l'oisiveté. C'est en cela que la notion de loisir est complexe : le loisir est bien conçu comme une « liberté des usages du temps » et non pas un temps de non travail. En 1869, le Littré définit le loisir comme « un temps qui reste disponible après les occupations », puis, en 1930, le dictionnaire d'Augé le définit comme les « distractions, occupations auxquelles on se livre de son plein gré, pendant le temps qui n'est pas pris par le travail ordinaire », montrant le glissement du loisir aux loisirs. Le XIXème siècle opère véritablement une séparation entre temps de travail et temps de non travail, laissant alors toute une temporalité disponible pour les loisirs.

I. L'avènement des loisirs modernes est indissociable d'une modification dans la perception du temps par les individus
II. Révolution industrielle, industrialisation du loisir et prémisses du loisir de masse
III. L'avènement du temps libre…
IV. … et ses usages différenciés : les loisirs
V. La société industrielle revendique une prise en compte de l'individu et un temps pour soi

Extrait du document:

Pour la période qui nous intéresse, il apparaît difficile de parler de loisir de masse. L'ouvrage y reste d'ailleurs relativement hostile, et semble plutôt plaider, à travers la diversité des exemples donnés, pour une démocratisation des loisirs et dans le même temps pour un maintien de pratiques différenciées. Tous les individus disposent désormais d'un temps de loisir, qu'il soit plus ou moins séparé du temps de travail. Ce temps libre dégage donc une demande potentielle importante de produits de loisirs, demande que l'industrie du loisir en expansion est de plus en plus à même de satisfaire. Cependant, les consommations de loisir ne sont jamais uniformes d'une classe (sociale, d'âge, de résidence) à une autre. Les pratiques différenciées de loisir en fonction de l'appartenance à une classe sociale demeurent particulièrement sensibles. Il est alors intéressant de mettre en perspective cette observation avec les travaux de deux sociologues du 20ème siècle, Bourdieu et Thorstein Veblen.

Commentaires