"L'esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total" d'Alain Supiot Fiche de lecture

"L'esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total" d'Alain Supiot
Fiche de lecture du livre "L'esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total" d'Alain Supiot dans lequel l'auteur s'interroge sur l'histoire du monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
№ 29693 | 3,165 mots | 4 sources | 2013 | FR
Publié le mai 18, 2013 in Histoire , Relations Internationales , Questions Sociales
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans son ouvrage l'esprit de Philadelphie, Alain Supiot s'interroge sur l'histoire du monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Adoptant une attitude critique envers l'ensemble des politiques misent en place depuis 30 ans, il met en avant le rôle crucial que l'idéologie néolibérale a joué dans l'histoire de ces dernières années. Supiot essaye ainsi de nous montrer que le néolibéralisme s'est développé à l'encontre des grands projets universels et humanistes qui ont suivi la seconde guerre mondiale et dont la charte de Philadelphie est l'incarnation. S'appuyant sur des principes de dignité humaine, de justice sociale, d'égalité et de liberté, la déclaration de Philadelphie aspire au progrès des peuples. Donnant un cadre juridique aux réformes qui devraient être mis en place pour garantir la dignité des peuples, la déclaration de Philadelphie ne s'érige pas seulement en simple droits abstrait. Elle se donne aussi les moyens d'agir sur la réalité.

1. Résumé
2. Point de vue critique

Extrait du document:

Les idées libérales qui font du marché et au droit, l'unique moyen permettant d'accéder au bonheur et à la prospérité vont avec le temps créer une situation tout à fait inédite. Laisser à sa propre logique profondément marchande, le libéralisme tend à détruire ce qui pourtant a permis le développement du capitalisme. Comme le souligne Michéa le droit et le marché sont essentiellement des formes de socialisation secondaire qui ne peuvent pas par eux même régler tous les problèmes. Le capitalisme a en effet hérité bien avant qu'il devienne le système économique dominant d'un ensemble d'institution culturel et politique auquel il sait appuyé pour pouvoir se développer. Or, la logique de la poursuite de ses intérêts égoïstes tend à détruire l'ensemble de ces règles normatives et de ses traditions dont les nations ont hérités.

Commentaires