"La démocratie inachevée" de Pierre Rosanvallon Fiche de lecture by Lafayette

"La démocratie inachevée" de Pierre Rosanvallon
Fiche de lecture qui porte sur l'un des ouvrages de la trilogie sur la démocratie écrit par l'historien Pierre Rosanvallon, qui a pour but de définir l'histoire de la souveraineté populaire en France, de la Révolution à nos jours.
№ 9296 | 2,450 mots | 0 sources | 2008
Publié le déc. 09, 2008 in Histoire , Littérature
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

La démocratie inachevée est un livre paru en 2000, écrit par Pierre Rosanvallon. Il s'agit du troisième volet d'une trilogie consacrée à l'histoire intellectuelle de la démocratie moderne.
Le Sacre du citoyen, premier ouvrage de ce triptyque, tentait de reconstituer l'histoire du suffrage universel en France, tandis que Le peuple introuvable, paru en 1998, posait la question de la représentation en France. La démocratie inachevée, quant à lui, se présente comme une histoire de la souveraineté populaire en France, de la Révolution à nos jours. Ces trois ouvrages sont les témoins du solide intérêt que porte Pierre Rosanvallon à l'histoire de la démocratie française, qu'il estime ébranlée par la convergence d'acteurs tels que la mondialisation ou la construction européenne.

I. Synthèse de l'ouvrage

II. Analyse et critique de l'ouvrage
1. Une construction inégale…
2. …qui occulte certaines périodes
3. Une approche constructive


Extrait du document:

L'origine du problème remonte, selon l'auteur, à la Révolution française. Dès 1789 se pose, en effet, le problème du gouvernement représentatif : certains l'estiment fidèle à l'esprit démocratique tandis que d'autres, comme Sieyès ou Barnave dénoncent clairement la confusion entre les deux notions. Pour eux, le gouvernement représentatif peut à la fois servir et attenter à la démocratie (p.18). Pour autant, Rosanvallon distingue un problème de langage et par là-même, une imprécision des idées chez les révolutionnaires de l'époque. Si une volonté de rompre avec les « despotes » et les « tyrans » est claire on ne sait pas comment définir le nouveau régime. L'historien nous apprend alors que le terme « démocratie » effraie en cette fin de XVIIIe siècle. Il a en fait à la fois une connotation antique et technique et une connotation péjorative. Il est vu comme un synonyme d'anarchie. La question de gouvernement représentatif aux Etats-Unis entre 1787 et 1788 entre Fédéralistes et Anti-Fédéralistes montre que les Américains ont bâti sans problème des théories élitistes. C'est qu'ils n'ont pas la même histoire que la France, où le spectre de l'aristocratie ainsi que la peur latente de la souveraineté populaire est réelle.

Commentaires