"La fin des notables revisitée" de Eric Phelippeau Fiche de lecture by Arnagueur

"La fin des notables revisitée" de Eric Phelippeau
Fiche de lecture portant sur l'ouvrage de Phelippeau qui tente d’apporter un éclairage sur la conversion des notables en professionnels de la politique.
№ 6471 | 900 mots | 0 sources | 2007
Publié le juin 17, 2008 in Histoire , Sciences Politiques , Sociologie
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Pour Eric Phelippeau, il ne faut en aucun cas considérer que la professionnalisation en politique implique la «mort» des notables. En réalité, la fin du XIXème siècle correspond à un changement progressif dans la manière de voir et de faire de la politique ; c’est pourquoi il rejette l’existence d’un fossé infranchissable entre professionnels de la politique et notables car la naissance des premiers n’est pas synonyme de «mort» immédiate pour les seconds.

I. La naissance des professionnels de la politique correspond parfois à la reconversion d’anciens notables : le cas du baron de Mackau

II. Mackau a su rester en poste au sein de nombreuses institutions politiques pendant 60 ans (sous le second empire puis sous la III° République)

III. A l’inverse, d’autres acteurs ne cesseront de chercher une reconnaissance notabiliaire pour conforter leur assise électorale

Extrait du document:

Ce notable est issu d’une famille puissante et constitue donc un héritier pourvu de connaissances dans la Haute Société et donc d’un «carnet d’adresse» fourni. Cependant, à l’inverse de ses aïeux, le baron de Mackau devra faire fasse d’abord à l’élargissement du corps électoral puis au suffrage universel masculin ainsi qu’à de nombreuses évolutions matérielles en matière d’élection. Par conséquent, le baron de Mackau n’a pas pu utiliser seulement des anciens contacts de sa famille pour rester au sein de postes électifs ; au contraire, il a dû se forger son propre réseau et sa propre organisation pour parvenir à battre ses «adversaires» pour la présidence du conseil général puis pour un siège au Corps Législatif et enfin pour devenir le président de l’Union des droites parlementaires.

Commentaires