"La grande désillusion", Joseph Stiglitz Fiche de lecture

"La grande désillusion", Joseph Stiglitz
Fiche de lecture sur l'oeuvre de Joseph Stiglitz "La grande désillusion" écrit afin de dénoncer l'impact dévastateur que peut avoir la mondialisation sur les pays en développement et sur les populations pauvres.
№ 19788 | 5,885 mots | 1 source | 2010
Publié le sept. 12, 2010 in Commerce , Économie , Sciences Politiques
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Bien sûr la mondialisation est potentiellement capable d'enrichir, mais il faut radicalement repenser la façon dont elle a été conçue. En effet les prescriptions du FMI, en partie fondées sur l'hypothèse dépassée selon laquelle le marché aboutit spontanément aux résultats les plus efficaces, n'autorisent pas les interventions souhaitables de l'état sur le marché.
Il faut de plus accroitre la transparence de ces institutions et redonner toute sa place à l'état qui, même si les marchés restent au centre de l'économie, conserve un rôle à jouer. En effet, sur le plan de l'inégalité, du chômage ou de la pollution, c'est lui qui doit agir. Les façons d'agir sont mauvaises tout d'abord parce qu'elles sont antidémocratiques et parce que les politiques d'ajustement structurels menées jusque là one provoqué dans de nombreux cas des famines et des émeutes. Les ravages qu'ont opérés dans ces pays des politiques inspirées par l'idéologie mais aussi les injustices du commerce mondial sont ainsi flagrants.

I) La promesse des institutions internationales
II) Promesses non tenues
III) Liberté de choisir?
IV) La crise asiatique
V) Qui a perdu la Russie?
VI) Les « injustes lois du commerce » et autres méfaits
VII) Les meilleures voies vers le marché
VIII) L'autre programme du FMI
IX) L'avenir

Extrait du document:

Le FMI ne prend pas pour seuls objectifs ceux qu'à définis son mandat initial – renforcer la stabilité mondiale et veiller à ce que les pays menacés d'une récession aient les moyens financiers de mettre en œuvre des politiques expansionnistes. Il cherche aussi à servir les intérêts de la communauté financière. Ce qui veut dire qu'il se fixe des buts souvent contradictoires. Le FMI a en fait cessé de servir les intérêts de l'économie mondiale pour servir ceux de la finance mondiale. Les milliards de dollars qu'il fournit servent à maintenir les taux de change à des niveaux insoutenables pendant une courte période, au cours de laquelle les étrangers et les riches peuvent faire sortir leur argent du pays à des conditions plus favorables.

Commentaires