"La marche de Radetzky"de Joseph Roth Fiche de lecture

"La marche de Radetzky"de Joseph Roth
Fiche de lecture portant sur l'œuvre écrite par Joseph Roth qui retrace le destin de trois générations d'homme poursuivis par la faveur impériale.
№ 12576 | 2,970 mots | 0 sources | 2009
Publié le sept. 15, 2009 in Histoire , Littérature
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

En 1930, lorsque Joseph Roth confie à son ami Stephan Zweig qu'il compte s'atteler à la rédaction de "La Marche de Radetzky", et conter la fin de l'Empire d'Autriche-Hongrie à travers la vie d'une famille sur trois générations, il n'imagine certes pas le labeur que son œuvre lui coûtera. En effet, c'est tout un minutieux travail de recherche historique et de rétrospection nostalgique dans les fin-fonds d'un Empire intimement lié à sa propre existence. Né en 1894 en Galicie tout près de la frontière russe, d'origine juive, Roth a combattu durant la Première Guerre mondiale et est par la suite devenu journaliste, notamment auprès du Frankfurter Zeitung depuis 1923.

1. La malédiction des Trotta
2. La mort de l'Empire d'Autriche-Hongrie

Extrait du document:

Chaque personnage de la famille Trotta semble porter le poids d'une fatalité qui prend la forme d'une bénédiction, celle que l'Empereur a fait peser sur elle lorsqu'il l'a arrachée à sa condition de paysans slovènes pour en faire des « barons von Trotta et Sipolje ». Chacun d'eux sent alors bien quelle est sa place, le grand-père et le petit-fils en premier lieu, qui ne se rêvent que dans leurs champs et la charrue à la main, et non en uniforme autrichien jaune et noir sur des chevaux ; ils sont alors tous obligés d'assumer une charge qu'aucun d'eux n'a souhaité. Mais leur mal-être nostalgique n'a d'égal que leur patriotisme hiératique. Chacun des trois hommes voue en effet un amour sacré à sa patrie et ne voit pas les signes du désastre se multiplier. Emmurés dans leur conservatisme, ils ne veulent pas admettre que les choses ont changé depuis la bataille de Solférino et que l'Empire va droit au tombeau.

Commentaires