"La paix blanche" de Robert Jaulin, Tome 1 Fiche de lecture

"La paix blanche" de Robert Jaulin, Tome 1
Fiche de lecture de l'ouvrage "La paix blanche" de Robert Jaulin portant sur l'ethnocide. (pdf)
№ 30436 | 1,910 mots | 0 sources | 2014 | FR
Publié le févr. 09, 2014 in Anthropologie , Sociologie
6,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Plus que le simple résumé d'un travail d'ethnographe, "La paix blanche" de Robert Jaulin symbolise de manière exemplaire ce qui peut advenir lorsque, pris par la réalité du monde, le chercheur se sublime et s'engage.
Robert Jaulin (1928-1996) est un ethnologue français majeur, anticonformiste et engagé. Après avoir étudié au plus près les populations Sara (Bakoh) du Tchad, en particulier la structure de leur système divinatoire, il publie La mort Sara (1967). La qualité du récit (où il décrit sa propre initiation), la richesse et la précision des analyses, leur aspect politique aussi (au lendemain de la décolonisation) et la réflexivité sur son propre travail d'ethnologue n'ont pas pu éviter totalement les
polémiques de l'époque, réfractaire à cet esprit rebelle, mais font encore référence aujourd'hui.

1. L'auteur
2. Présentation de l'ouvrage
3. Critique de l'ouvrage

Extrait du document:

Par le regroupement des Indiens dans des villages aux bâtiments de tôle en remplacement des bohios, maison collective faite d'une armature de bois et de « tuiles » en feuilles, les colons de tout bord métamorphosèrent la culture motilone. Car cette transformation de l'habitat est un des actes majeurs menant à l'acculturation. Le bohio réunissait des familles liées par alliance, les nouveaux baraquements les ont isolés en cellule de parenté. Les premiers étaient adaptés au climat et à l'environnement par une structure architecturale subtile, qui par le jeux d'ombre et de lumière favorisait une part d'intimité où chacun trouvait sa place. Les seconds, en brique et toit de tôle,
dotés de lumière électrique, ont écrasés leurs habitants sous la chaleur et la promiscuité. Surtout, cette modification de l'habitat a entraîné son corollaire le plus destructeur : la sédentarisation.

Commentaires