« Le peuple introuvable », Pierre Rosanvallon Fiche de lecture

« Le peuple introuvable », Pierre Rosanvallon
Fiche de lecture de l'ouvrage « Le peuple introuvable », de Pierre Rosanvallon se demandant comment la représentation du peuple est mise en place.
№ 18200 | 3,320 mots | 0 sources | 2010
Publié le juil. 26, 2010 in Histoire , Littérature
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Le peuple introuvable est l'œuvre de Pierre Rosanvallon, historien et intellectuel français. Ses travaux portent principalement sur l'histoire de la démocratie, et du modèle politique français, et sur le rôle de l'État et la question de la justice sociale dans les sociétés contemporaines. Cet ouvrage fait partie d'un tryptique dont les deux autres titres sont Le sacre du citoyen et La démocratie inachevée, consacrés respectivement à la mise en scène du sujet moderne en tant qu'électeur et citoyen et à l'institution du principe même de la souveraineté populaire. On peut considérer Le peuple introuvable comme un essai puisqu'il s'agit d'une œuvre de réflexion débattant d'un sujet donné selon le point de vue de l'auteur. Le sujet ici développé n'est autre que l'histoire de la représentation démocratique en France, et les thèmes mis en avant sont multiples : Rosanvallon parle tout d'abord du peuple qu'il considère comme étant « introuvable ». Ce peuple est en effet un et indivisible au sens politique du terme, mais cette notion est trop abstraite et est donc introuvable dans le réel; au sens plus sociologique du terme on découvre au contraire un peuple pluriel, difficilement définissable dans la réalité.

I. La représentation difficile
II. La démocratie d'équilibre

Extrait du document:

Rosanvallon débute cette deuxième partie en affirmant que les partis ont permis une identité politique stable, ce qui a favorisé un moyen de reconnaissance du peuple sur la scène du pouvoir. Mais cela ne s'est pas fait en un jour, certains redoutaient la fin de la souveraineté populaire au profit des nouveaux professionnels de la politique. Il explique que les partis sont considérés comme l'expression de la totalité, reflet de la nation, comme véritable puissance d'incarnation et même comme créateurs d'identité de type communautaire.

Commentaires