« Le théâtre et son double », Artaud Fiche de lecture

« Le théâtre et son double », Artaud
Fiche de lecture sur l'œuvre « Le théâtre et son double », d'Artaud se demandant comment l'auteur influe directement sur les auteurs de théâtre en favorisant les sens du spectateur et la mise en scène active.
№ 21350 | 2,835 mots | 0 sources | 2010
Publié le nov. 28, 2010 in Histoire , Littérature
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Dans l'introduction de son ouvrage « Le théâtre et son double » Artaud expose clairement sa vision des choses face au théâtre. Le théâtre qu'il observe à son époque n'est pas celui qu'il voudrait observer. Il commence par le comparer à ce qui plait à la population moyenne (entre autre le cinéma), en montrant pourquoi les gens ont tendance à se détourner du théâtre. Il veut remédier à cela. Pour cela, il pose clairement sa définition de la cruauté "tout ce qui agit est une cruauté". Le Théâtre de la Cruauté est le moyen de ré-élever le théâtre à ce qu'il pouvait être auparavant. Ce "nouveau théâtre" se doit d'être mordant, de coller à la réalité de la vie tout en faisant rêver le spectateur. Artaud parle aussi de "spectacle tournant", il s'agirait d'établir de la communication entre la scène et le public. Il recherche la réussite du théâtre, et pour lui, cette réussite pourrait s'effectuer grâce à l'action, aux images nouvelles qui prennent la place des mots. En ralliant tout les arts à sa cause (peinture, musique...) et en se servant de sujets actuels, il pense pouvoir faire du théâtre, une nouvelle occupation de masse.


1- Résumé de l'œuvre
2- Partie critique

Extrait du document:

Puis, Edward Gordon Craig, cet anglais qui va plus loin et se fixe sur une révolution de la mise en scène. En 1911, dans L'art du théâtre, il conceptualise un théâtre qui doit mobiliser l'imagination du spectateur et qui doit agir sur ses sens. On se rapproche de la conception d'Artaud puisque le metteur en scène de Craig a un pouvoir absolu par la construction de la représentation : il refuse le décor, le mimétisme scénographique et le réalisme.

Commentaires