Les économistes face aux "crises" de 1929 et 1974 Fiche de lecture

Les économistes face aux "crises" de 1929 et 1974
Etude d'un article écrit par Jacques Wolff et publié dans la revue n°52 "Histoire" d'Octobre-Décembre 1996. L'auteur y décrit les analyses des crises économiques faites par d'éminents économistes.
№ 2586 | 3,785 mots | 0 sources | 2007
Publié le janv. 15, 2008 in Économie , Histoire
10,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Les crises économiques prennent un sens à travers les lectures qu’en font les économistes. Jacques Wolff montre que leurs analyses sont plus souvent complémentaires que contradictoires.

I. Présentation des crises du XXème siècle par J.Marseille

II. Les économistes face aux "crises" de 1929 et 1974 par J.Wolff
A. Le point de vue orthodoxe de L.Robbins
B. Le point de vue synthétique de B.Nogaro
C. Le point de vue économétrique de O.Eckstein
D. Le point de vue marxiste de E.Mandel
E. Conclusion

Extrait du document:

Pour analyser l’impact de la politique monétaire, on a examiné l’éventualité où l’économie aurait souffert de tous les chocs mentionnés, et l’on a supposé que la politique monétaire (au lieu de répondre à ces évènements), aurait adopté une règle univoque depuis 1964. On a d’abord simulé une expansion régulière des banques, puis une expansion stable. On aurait alors obtenu le même accroissement total qu’avec la politique pratiquée, mais de manière régulière. Le taux d’inflation aurait peu différé.
Les évolutions sont davantage dues aux variations économiques qu’à celles de la politique monétaire. C’est le facteur économique qui a conduit l’économie à la récession en 1970.
Une seconde simulation a testé l’hypothèse de taux d’intérêts stables pour les fonds fédéraux. La fin des années 60 aurait alors connu un boom économique. Cependant, une bonne partie de la récession ainsi que les excès du boom, auraient été évités.

Commentaires