Les ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel (XIXe – XXe) Fiche de lecture by L

Les ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel (XIXe – XXe)
Fiche de lecture portant sur l'originalité du processus de formation et de transformation de la classe ouvrière française selon Gérard Noiriel.
№ 13961 | 1,025 mots | 0 sources | 2010
Publié le mars 08, 2010 in Histoire
5,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Depuis la monarchie de Juillet, la question du prolétariat est au centre de la vie politique. Tout semble avoir été dit sur cette classe. Pourtant, Gérard Noiriel, note que l'on a beaucoup parlé des mouvements ouvriers, de leurs luttes syndicales et politiques, mais peu de leur histoire sociale. Aussi, si nombre d'ouvrages récents abordent la question de la gauche française, le dernier donnant une vue d'ensemble du prolétariat remonte à 1927.
Dans son premier chapitre, l'auteur nous donne, dans la lignée de l'école historique quantitativiste, quelques données chiffrées sur la classe ouvrière au XIXe, dessinant ainsi « objectivement » les contours de ce groupe social. Jusqu'en 1880, le secteur agricole emploie encore la moitié des actifs français.

Extrait du document:

A cause des traités de libre-échange avec l'Angleterre et l'ouverture du marché à l'international, l'industrie française fait face à un manque de compétitivité. L'artisanat urbain, la petite entreprise, l'industrie rurale, mais aussi la grande industrie sont en crise. Face aux licenciements et au chômage, les migrations vers la ville augmentent, et l'agriculture n'emploie, en 1900, plus que 40% des actifs. Un vrai prolétariat industriel naît, vivant à l'écart de la ville, dans les « cités » appartenant à la mine ou à l'usine. La grande industrie se réogarnise, procédant à la mécanisation du travail et aux concentrations d'entreprises. Les patrons renforcent leur pouvoir par le paternalisme et brisent ainsi l'autonomie des ouvriers.

Commentaires