"Les quarante-huitards" de Maurice Agulhon Fiche de lecture

"Les quarante-huitards" de Maurice Agulhon
Fiche de lecture portant sur l'ouvrage de Maurice Agulhon "Les quarante-huitards" où l'auteur montre à quel point la Révolution de l'année 1848 fut baignée d'idéaux révolutionnaires et romantiques.
№ 10150 | 4,680 mots | 1 source | 2008
Publié le févr. 16, 2009 in Histoire , Littérature , Sciences Politiques , Questions Sociales
12,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

L'année 1848, est marquée par la révolution du 22 au 24 février, elle entraine la chute de la monarchie et l'avènement de la Seconde République. Cette révolution française est aussi un phénomène qui influence l'Europe avec le printemps des peuples. A ce titre, Maurice Agulhon montre que la génération des "quarante-huitards" est particulière en ce sens qu'elle est baignée d'idéaux révolutionnaires et romantiques.

I/ Une révolution tout de même
1) A Paris : la joie populaire ‎
‎2‎‎) La province entre l'explosion et la stupeur ‎
3) Une République de citoyens‎
‎4) Réparer les injustices
‎‎5) L'appel à la fraternité des peuples

II/ Une Révolution déchirée ‎
1) Bataille symbolique : l'affaire du drapeau rouge ‎ù
‎2) Les batailles politiques : les ouvriers de février et juin
‎3) Les batailles sanglantes : les journées de Juin ‎
‎4) Après la bataille : le socialisme répudié ‎ ‎

III/ La République redéfinie
1) Contre le bonapartisme ‎
‎2) Contre le catholicisme
3) Vers le socialisme

IV/ 1848, aujourd'hui ‎

Extrait du document:

Pour les "quarante-huitards" la République de 1848 était la résurrection de celle de 1792. La République est un état de droit, comme développement du libéralisme constitutionnel, comme une évolution nationale dont 1830 avait marqué une étape. La seule crainte était que les masses populaires n'aient pas le niveau d'éducation nécessaire. La guerre civile a opposé pour l'essentiel des républicains entre eux, les légalistes, c'est-à-dire ceux du ministère et de l'Assemblée Nationale et les peuple des faubourgs pour qui la République vaudrait surtout par ce qu'elle ferait de bon pour les pauvres et les travailleurs.

Commentaires