"Politique dynastique et alliances matrimoniales de la Maison de Savoie au XVIIe siècle" d'Andrea Merlotti Fiche de lecture by Janek

"Politique dynastique et alliances matrimoniales de la Maison de Savoie au XVIIe siècle" d'Andrea Merlotti
Commentaire de l'article de Merlotti publié aux Presses Universitaires de France intitulé "Politique dynastique et alliances matrimoniales de la Maison de Savoir au XVIIe siècle" portant sur les volontés et objectifs des différents souverains de Savoie.
№ 24758 | 2,060 mots | 0 sources | 2011 | FR
Publié le juin 05, 2011 in Histoire , Droit , Sciences Politiques
7,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

Il s'agit là d'un article d'Andrea Merlotti intitulé Politique dynastique et alliances matrimoniales de la Maison de Savoir au XVIIe siècle. L'article a été publié dans les Presses Universitaires de France durant l'année 2009. Cet article compte 16 pages, et contient trois illustrations respectivement intitulées Nexus Regius Regiae Domus Sabaudiae (figure 1), Portrait de Charles Emmanuel II (figure 2) et Allégorie du mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoir, 7 décembre 1697 (figure 3).

L'article s'intéresse à la politique dynastique et aux alliances matrimoniales de la Maison de Savoie durant le XVIIe siècle, du règne de Charles II jusqu'à Victor-Amédée II. La problématique de l'article peut être la suivante : « Quelles sont les évolutions de la Maison de Savoie à travers les politiques dynastiques et alliances matrimoniales ». Dans ce but, l'auteur, s'intéresse aux différentes volontés et objectifs des différents souverains de Savoie.

1. Synthèse du point soulevé par l'auteur dans les paragraphes
2. Exemple numéro 1
3. Exemple numéro 2

Extrait du document:

Christine ne pourra pas développer une politique matrimoniale automne en raison de la sujétion de la Savoie vis-à-vis de la France. Les projets ambitieux qu'elle avait ne pouvaient être réalisé car la France contrôlait déjà la Savoie sans avoir besoin de recourir à des mariages de prestige. Elle put cependant, avec l'accord français, établir de nouvelles relations avec l'Empire, elle maria sa fille au du duc de Bavière et sa nièce au margrave de Bade. Les alliances se révélèrent importante quand l'empereur nomma le duc de Mantoue comme vicaire et commissaire impérial en Italie. L'appui des électeurs dont celui du duc de Bavière, permettre d'éviter que le vicariat des Gonzague devienne perpétuel.

Commentaires