Possession démoniaque et sorcellerie dans "Les HistoiresTragiques" de François de Rosset Fiche de lecture

Possession démoniaque et sorcellerie dans "Les HistoiresTragiques" de François de Rosset
Fiche de lecture portant sur une analyse des thèmes liés à la sorcellerie au XVIIème siècle, à travers quelques nouvelles issues du recueil de François de Rosset.
№ 11509 | 7,805 mots | 4 sources | 2009
Publié le juin 10, 2009 in Histoire , Littérature , Théologie
14,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

François de Rosset publie dès 1614 ses propres "Histoires Tragiques", en cherchant néanmoins de se distinguer de ses prédécesseurs en instaurant un rapport étroit entre la réalité contemporaine et la fiction dans laquelle les faits divers les plus sanglants sont transposés. La mort est en effet omniprésente dans l'ouvrage de Rosset, mais l'actualité ne l'est pas moins. Entre récits de conjuration, d'hérésie, de parricide, d'inceste et autres déviances sexuelles, l'auteur de ce nouveau recueil d'histoires tragiques explore et tend à interroger toutes les transgressions, survenues en son temps.

I. Les cas de possession démoniaque et de sorcellerie dans ce nouveau recueil d'Histoires Tragiques : un prétexte pour François de Rosset d'évoquer les dissidences religieuses de son temps par l'intermédiaire de la fiction
A) Les quelques «horribles impiétés et blasphèmes abominables» dans le recueil de François de Rosset», survenus dès le début du XVII ème siècle
B) L'impact des chroniques contemporaines dans la rédaction de l'ouvrage
C) La transposition de la réalité dans la fiction : du changement des noms des protagonistes au recours à la mythologie gréco-latine

II. Mise en place d'un discours édifiant et apologétique à travers le récit de ces deux formes de transgressions religieuses
A) Les Histoires Tragiques : des récits-paraboles utilisés à des fins apologétiques et moralisatrices
B) La tonalité didactique de la narration : une prose glissant vers l'oralité
C) La constitution d'un tableau sanglant à travers la rhétorique de François de Rosset

III. François de Rosset, le nouveau spectateur d'un théâtre du monde : curiosité et interrogations métaphysiques à l'égard de ces transgressions religieuses, de la justice divine, et de la fortune
A) L'exploration pure de l'univers du mal et de l'interdit
B) La confusion de l'auteur entre paganisme et sorcellerie, sorcellerie et athéisme
C) Interrogations à l'égard de l'autorité divine et des lois de la providence

Extrait du document:

Depuis le XVIème siècle, le lectorat européen reste un grand amateur du conte et de l'anecdote. Or, ces formes narratives ne reprennent pas les farces de la tradition littéraire du Moyen-Age, elles ne cherchent pas non plus à chanter les actions héroïques issues des aventures chevaleresques. Et bien qu'on emprunte encore certains motifs et techniques d'écriture à ces inspirations diverses, le temps désormais est de célébrer l'histoire tragique, une nouvelle forme narrative fraîchement arrivée en France grâce à la traduction des Novelles de l'auteur italien Bandello par Pierre Boaistuau dès 1559, apportant au genre romanesque un nouveau sentiment de frisson. Meurtres, viols et suicides s'accumulent dans les divers recueils qui fleurissent jusqu'au XVII ème siècle...
(...) Nous choisirons ici d'étudier de façon plus précise les thèmes de la possession démoniaque et de la sorcellerie, ou du moins la description qu'en fait l'auteur dans son ouvrage. Des thèmes très présents dans le recueil de François de Rosset, puisqu'ils s'apparentent pour la plupart à des faits divers recueillis dans des chroniques de l'époque...

Commentaires