« Ruptures scolaires : l'école à l'épreuve de la question sociale », M. Millet et D. Thin Fiche de lecture

« Ruptures scolaires : l'école à l'épreuve de la question sociale », M. Millet et D. Thin
Fiche de lecture de l'ouvrage « Ruptures scolaires : l'école à l'épreuve de la question sociale », écrit par M. Millet et D. Thin se demandant si l'on peut définir les causes d'un parcours scolaire en fonction de facteurs sociologiques. (pdf)
№ 26859 | 3,035 mots | 0 sources | 2009 | FR
Publié le nov. 07, 2011 in Sciences de l'Education , Sociologie , Questions Sociales
8,95 $US Acheter et télécharger immédiatement ce document



Résumé:

On peut appeler ruptures scolaires une contradiction liée à la confrontation entre deux logiques : scolaires et sociales. D'après l'étude sociologique, il s'agit d'un écart entre les formes langagières, les familles populaires et l'école. On parle aussi de tensions entre familles et attentes des institutions scolaires. On appelle aussi ruptures scolaires un état d'anomie : (grec : anomia: violation de la loi) : État de désorganisation, déstructuration d'un groupe, d'1 société dû à la disparition partielle ou totale des normes et des valeurs communes à ses membres. Cependant, la confrontation entre ces 2 logiques (socialisatrices /sociales) n'est pas la seule cause/ explication des ruptures scolaires. En effet, tous les collégiens vivant cette contradiction n'entrent pas forcement dans le cadre des ruptures scolaires, et donc dans la déscolarisation. Ainsi, la contradiction entre ces 2 logiques ne suffit pas à éclairer les parcours de ruptures scolaires. Il faut contextualité : on parle de massification. En d'autres termes, c'est l'arrivée massive des enfants de milieux populaires dans l'enseignement secondaire. La question de déscolarisation et de violence scolaire est un phénomène nouveau. Des problèmes interviennent dus à la massification. Les destins professionnels dépendent du destin scolaire. On note une inflation du nombre de diplômes et une déflation de la valeur du diplôme. Ainsi, la problématique des ruptures scolaires s'insère dans ce contexte institutionnel. Analysons ce problème au travers de l'ouvrage « Ruptures scolaires : l'école à l'épreuve de la question sociale », écrit par M. Millet et D. Thin.

1 - Présentation des auteurs
2 - Étude de l'ouvrage
3- Critique de l'ouvrage

Extrait du document:

Le comportement des collégiens est en bonne partie le produit de leurs difficultés d'apprentissage : ces derniers sont comme inscrits dans un cercle vicieux (serpent qui se mord la queue) : ≪ les comportements ainsi engendrés contribueront à une aggravation des performances scolaires ≫. Les problèmes comportementaux masquent souvent des difficultés d'apprentissage (les élèves ressentent une honte de ne pas comprendre). L'élève a un sentiment d'indignité et de dévalorisation de soi. ≪ Le travail scolaire introduit le sentiment de l'échec et de l'indignité scolaire ≫ l'élève se sent incompétent. Les sanctions peuvent amener des effets de stigmatisation.

Commentaires